Géraldine Pillet et Nikola Karabatic
Géraldine Pillet et Nikola Karabatic | AFP

Le portable de Karabatic aurait parlé

Publié le , modifié le

En plein mondial, et alors que les Experts affrontent la Croatie ce soir, l'affaire des paris suspects connaît un nouveau rebondissement. Selon Le Midi Libre, Nikola Karabatic aurait téléchargé une application servant à parier sur son téléphone portable la veille du match Cesson-Montpellier du 12 mai 2012.

Les policiers en charge de l'affaire des paris suspects concernant ce match de championnat de la fin de saison dernière se sont intéressés de près au portable de la star de l'équipe de France au cours de l'instruction. Et l'analyse du smartphone de Nikola Karabatic aurait notamment révélé l'usage de l'application de la Française des Jeux "Parions Sport". Cette application "Parions Sport" a été téléchargée la veille au soir du  fameux match.

Captures d'écran

En outre, les experts en informatique qui ont travaillé sur l'enquête ont  découvert sur un ordinateur portable de Nikola Karabatic des captures d'écran en provenance de son téléphone, qui indiquent que la cote du score du match à la mi-temps, celui sur lequel les paris incriminés ont été pris, a été consultée, selon la même source.

Les policiers en charge de l'affaire s'étonnent d'ailleurs que seule cette cote ait été consultée, et non la cote des paris sur le score en fin de rencontre qui lui était supérieure, alors que les joueurs de Montpellier qui ont parié ont toujours dit vouloir gagner le plus d'argent possible. Ces éléments ont été versés au dossier depuis décembre. Montpellier, déjà assuré d'être champion, avait perdu à Cesson le 12 mai dernier et la justice soupçonne que ce match a été truqué sur fond de paris de certains joueurs héraultais.

La caisse des joueurs a-t-elle servi ?

Autre élément, avancé mercredi par le quotidien Midi Libre, les enquêteurs se demandent si une partie des paris incriminés a pu être payée par la caisse du vestiaire des joueurs de Montpellier. Celle-ci, qui contient les sommes que  les joueurs mettent au pot quand ils sont en retard ou quand ils passent à la  télévision par exemple, contenait environ 6000 euros à l'époque des faits et elle était confiée à Luka Karabatic lors de la saison 2011-2012, indique le  journal. Elle sert ordinairement à financer un repas ou un voyage.

Luka Karabatic, licencié par le club héraultais et engagé par  Aix-en-Provence depuis le scandale, a reconnu avoir parié plusieurs milliers d'euros. Son frère Nikola a lui toujours nié avoir parié, sa compagne Géraldine  Pillet ayant affirmé, elle, avoir parié 1.500 euros de sa propre initiative.

Karabatic acculé

Cette dernière et Jeny Priez, la compagne de Luka, sont entendues jeudi  matin par le juge d'instruction, Luka Karabatic jeudi après-midi. Son frère  Nikola doit être entendu mardi. Tous avaient été mis en examen en octobre, avec  d'autres joueurs et personnes, dans cette affaire d'escroquerie présumée au  préjudice de la Française des jeux.

Jusqu'ici, Nikola Karabatic a toujours dit qu'il n'avait jamais parié et que c'est sa compagne qui avait parié sans l'avertir. Cette thèse pourrait donc être remise en cause. Pour Karabatic, qui doit disputer un match déterminant avec la France ce soir face aux Croates, il s'agit en tous cas d'un nouveau coup dur.