Hand Mondial 2011 Hongrie France Bertrand Gille
Bertrand Gille au tir face aux Hongrois | AFP - Franck Fife

La France toute proche du dernier carré

Publié le , modifié le

La France a passé une bonne soirée à Jönköping avec son large succès (37-24) sur la Hongrie lors du Mondial en Suède mais aussi après la défaite de l'Islande face à l'Allemagne. Quarante-huit heures après leur match nul face à l'Espagne, les champions du monde en titre se sont remis dans le sens de la marche lors de leur premier match du tour principal pour prendre déjà une option sur les demi-finales.

Avant même le début de leur match, les hommes de Claud Onesta avaient de quoi se réjouir avec le revers de l'Islande. Seule équipe à commencer le deuxième tour avec quatre points au compteur, l'équipe du Nord a d'entrée gaspillé une partie de son capital en s'inclinant 27-24. Ce résultat confirme d'abord que le groupe du premier tour de la France était bien celui "de la mort" avec des adversaires de la trempe de l'Allemagne et de l'Espagne, qui n'a pas eu de difficulté face la Norvège (32-27). Ces résultats font les affaires des "Experts", qui, en cas de succès de l'Espagne sur l'Islande, pourraient se qualifier pour les demi-finales dès lundi. Il leur faudrait alors juste battre la Norvège, un adversaire à peu près du niveau de la Hongrie, pour s'offrir le luxe d'un dernier match sans pression contre l'Islande, exactement comme au Mondial croate il y a deux ans.

Un début de match poussif...

Avant de dérouler, les Bleus ont d'abord souffert dans les vingt premières minutes du match face à une Hongrie remontée. Après 19 minutes, ils avaient déjà perdu huit ballons, fait beaucoup d'approximations, mis quelques pied dans la zone et stoppé beaucoup trop peu de tentatives pour espérer mieux qu'un retard de deux buts (7-9). Seul Bertrand Roiné, peu utilisé jusque-là, a réussi à se faire remarquer (quatre buts à la pause). Peu à peu pourtant, les Bleus se sont libérés, sous l'impulsion de Karabatic (7 buts sur le match) et Accambray (6 buts) et profitant de multiples arrêts de Karaboué, entré à la place de Thierry Omeyer, pour imposer leur jeu et atteindre la pause avec une avance déjà confortable (18-13).

Un début de deuxième période réussi cette fois (26-16, 44e) allait définitivement mettre les Bleus à l'abri. Avec cette cinquième victoire en six matches, la France a ainsi évité de tomber dans le piège des Magyars comme au dernier Euro (match nul 29-29). "On a crevé l'abcès du  match nul contre l'Espagne, ça c'est une très bonne chose. Maintenant il faut qu'on garde la même rage, la même détermination qu'aujourd'hui pour continuer.", a notamment expliqué Jérôme Fernandez, le capitaine de l'équipe de France. Invaincus depuis le début de la compétition, les Français prennent la première place de leur groupe de qualification pour les demi-finales avec l'Espagne. Ils joueront leur prochain match contre la Norvège lundi.

Seule ombre au tableau de la soirée, de nouveaux blessés sont à compter dans le camp tricolore. Cédric Sorhaindo a pris "un coup" au genou mais n'inspire "pas d"inquiétude", contrairement à celui de Bertrand Roiné, touché au tendon d'Achille gauche. "C'est une béquille, ça va, j'ai eu peur sur le moment mais il n'y a pas  d'inquiétude pour la suite", a commenté Sorhaindo qui s'était écroulé de façon spectaculaire en tentant de percer la défense hongroise en deuxième période. Roiné est lui sorti en première période, touché au tendon d'Achille. "Il faut qu'il passe des examens, on va voir", a réagi le sélectionneur Claude Onesta. En revanche, Sébastien Bosquet et Xavier Barachet, victimes tous deux d'une entorse à la cheville lors du premier tour vont beaucoup mieux. Le premier pourrait  revenir progressivement dans l'optique des demi-finales. Barachet, titulaire sur le poste d'arrière droit et dont l'entorse est  moins grave que celle de Bosquet, a lui été ménagé samedi mais pourrait faire son retour lundi.

L'Allemagne se relance

Arrivés sur ce deuxième tour avec zéro point au compteur, les Allemands, à  défaut de se rapprocher des demi-finales, ont ravivé l'espoir de finir dans le  Top 7 du Mondial qui donne accès aux tournois de qualification olympique en dominant l'Islande 27-24. La Croatie, visiblement fâchée d'avoir accédé au tour principal avec un seul point, s'est énervée face à l'Argentine (36-18) dans un match qu'elle a commencé dans un état second (15-3 pour commencer!). Ce groupe 2 est toujours emmené par le Danemark qui, en battant la Pologne de justesse (28-27), reste la seule équipe du tournoi avec six victoires en six  matches et a déjà un pied en demi-finales. Quant à la Suède, elle a longtemps été menée par une Serbie coriace avant  de faire la différence (28-24) dans les dix dernières minutes avec six buts d'Ekberg.

Gilles Gaillard