Signate
La Française Mariama Signate | ANDREJ ISAKOVIC / AFP

La France tombe de haut

Publié le , modifié le

La France n'a plus son destin en main dans l'Euro-2012 en Serbie. Pour leur premier match du tour principal, les Bleus ont sombré contre la meilleure équipe du monde, la Norvège. Une cinglante défaite 30-19 où la défense française est passée complètement à travers. Il lui reste deux matches (République tchèque et Serbie) pour croire à un miracle.

Engagées dans un tour principal le couteau entre les dents mais aussi sous la gorge, les Françaises attaquaient par les plus fortes de la planète handball. Quadruples tenantes de l'Euro, les Norvégiennes sont quasiment au hand féminin ce que sont les Français au hand masculin. Mais elles ne sont pas imbattables comme l'avaient prouvé les Bleues en ouverture du tournoi olympique à Londres (24-23); même si elles gagnent le titre à la fin. Confiantes dans leurs possibilités, les filles d'Olivier Krumbholz allaient pourtant déchanter. Après un premier quart d'heure équilibré où elles chipaient de nombreux ballons (6-4, 14e), la France rentrait trop vite dans le rang. L'étau tricolore se desserrait en défense et la machine se déréglait en attaque face notamment à une Katrine Lunde Haraldsen, impériale dans son but (10-14, 30e).

Naufrage collectif

Lâchées mais pas encore perdues, les Bleus devaient se reprendre au plus vite. Mais avec des pertes de balle payées cash, la Norvège enfonçait le clou en moins de six minutes après la reprise (20-11). La France n'était plus dans le dur, elle était anéantie. Krumbholz tentaient de secouer ses joueuses dans un temps mort épique. Il lançait aussi Pradel dans les buts à la place de Darleux. Une rébellion française naissait sous la houlette de Camille Ayglon, une des bleues les plus inspirées (21-16). Habilement, les Norvégiennes cassaient le rythme et reprenaient leur cavalier seul. Un 6-1 sonnait le glas des espoirs français (28-17). "Vous êtes battues en tout", lâchait Krumhbolz dans un ultime temps mort. Il était malheureusement dans le vrai. le score final était sans appel (30-19). Avec seulement deux points, les Françaises sont déjà devancées par le  Danemark (4 pts) et le seront aussi par le vainqueur en soirée du match entre  la Serbie et la Suède. La Norvège (6 pts) est, elle, quasiment déjà qualifiée  pour les demi-finales. La France doit désormais impérativement battre la république tchèque et la Serbie en espérant un faux pas du Danemark.

Paule Baudouin (ailière de l'équipe de France): "J'ai honte de ce qu'on a proposé. Tout le monde est passé à côté de ce match. On avait calculé qu'il fallait gagner les trois matches à venir. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Il n'y en avait pas une pour rattraper l'autre. C'est vraiment dommage et décevant. On n'a pas de mental, je ne sais pas. A chaque fois, les matches avec pression, on les gère mal. Mais là, je ne pense pas qu'on peut jouer encore plus mal qu'on a joué aujourd'hui. On les a regardées jouer. On n'y est pas arrivé en défense, au niveau du shoot, en attaque placée. On ne peut pas prétendre gagner un match en perdant 19 ballons. Maintenant, on doit compter sur les autres. On avait encore notre destin entre les mains, maintenant on ne l'a plus."

Allison Pineau (demi-centre de l'équipe de France): "On fait une fin de première période qui n'est pas terrible. Et après en deuxième, c'est le trou noir complet. Il y a eu un petit espoir quand on est revenu à -5, mais elles nous ont replongé dedans. On fait des pertes de balle qu'on ne doit pas perdre et elles nous ont mis des contre-attaques. Il va falloir réagir demain (mardi) parce qu'il y a peut-être une chance sur cent de pouvoir se qualifier."