France - Norvège - Finale 2011
La défense française n'a pas tenu face à la Norvège | AFP - YASUYOSHI CHIBA

La France échoue en finale

Publié le , modifié le

Emoussée par son tableau dantesque (Suède, Russie, Danemark et Norvège), handicapée par une cascade de blessures (Signate et Pineau), la France n'a fait illusion que dix minutes en finale du Mondial féminin au Brésil. Les Bleues sont tombées sur un roc norvégien infranchissable. Le score final est sans appel 24-32. Le ticket pour les JO de Londres s'évapore. Il faudra passer par un tournoi de qualification en France du 25 au 27 mai prochain.

La constellation des étoiles du grand Nord a vacillé. En éliminant la Suède, la Russie puis le Danemark, les Françaises pouvaient recentrer le ciel au dessus de leur tête. Et sous leur pied le Monde à condition de terminer le travail en finale contre l'ogre norvégien. Pendant dix minutes, les Bleues sont sur un nuage. D'Amandine Leynaud à Claudine Mendy, la cohésion française prend le pas sur les Norvégiennes (5-3 puis 6-4). Mais ce bon temps ne fait pas long feu. Plusieurs fois sanctionnées par l'arbitrage (quatre exclusions de deux minutes contre zéro pendant la première mi-temps), les Françaises perdent pied petit à petit. Trop de petites fautes et d'approximations pour gêner la défense adverse. A l'inverse, la Norvège déboule aux neuf mètres sans complexe et enchaîne les buts dans un fauteuil (9-13, 22e).

La Norvège écrase le match

Le rouleau-compresseur nordique est en marche. Et l'écart se creuse inexorablement. Olivier Krumbholz prend déjà son deuxième temps-mort et tente de secouer ses joueuses. "Elles nous marchent sur la gueule, crie-t-il. Il faut s'accrocher les filles." Les Françaises écoutent mais le discours ne passe pas. Bien muselée, Lacrabère écope deux minutes. C'est du banc que la Paloise assiste au cavalier seul de la Norvège (13-19, 30e). Avec 59 % au tir pour les Norvégiennes contre 41 % aux Françaises, il y a une marge pour revenir. Malheureusement, ça ne va pas mieux à la reprise. Lunde (6 buts) et ses partenaires se régalent (14-22, 34e).

Objectif JO

Dos au mur, la France hausse enfin son intensité défensive et comme par magie refait une partie de son retard (19-24, 43e). Dans ses cages, l'araignée noire Cléopâtre Darleux montre la voie. Mais la Norvège mate bien la rébellion bleue. Une main à la gorge, une autre sur le trophée. A l'image d'Alexandra Lacrabère, incroyable jusqu'à cette finale mais aucun but au compteur, la réussite est fuyante (23-28, 54e). L'écart se stabilise longtemps autour des cinq buts. L'envie est toujours là mais l'espoir quitte peu à peu les Bleues. L'obstacle était trop élevé pour cette France affaiblie qui échoue une troisième fois en finale d'une Mondial. Un autre défi attend désormais les filles d'Olivier Krumbohlz : obtenir son billet pour les JO de Londres. La Norvège y sera à double titre (championne du monde et d'Europe). La Suède aussi grâce à la victoire des Norvégiennes. Vice-champion d'Europe peut rapporter plus que l'argent mondial. C'est dans un TQO de tous les dangers que les Françaises, avec Signate mais sans Pineau, vont jouer leur avenir olympique.

Le classement final
1. Norvège
2. France
3. Espagne
4. Danemark
5. Brésil
6. Russie
7. Croatie
8. Angola
9. Suède
10. Monténégro
11. Corée du Sud
12. Islande
13. Roumanie
14. Japon
15. Pays-Bas
16. Côte d'Ivoire
17. Allemagne
18. Tunisie
19. Kazakhstan
20. Uruguay
21. Chine
22. Cuba
23. Argentine
24. Australie

Palmarès des dix dernières éditions
2011 (Brésil): 1. Norvège, 2. France, 3. Espagne
2009 (Chine): 1. Russie, 2. France, 3. Norvège
2007 (France): 1. Russie, 2. Norvège, 3. Allemagne
2005 (Russie): 1. Russie, 2. Roumanie, 3. Hongrie
2003 (Croatie): 1. France, 2. Hongrie, 3. Corée du Sud
2001 (Italie): 1. Russie, 2. Norvège, 3. Yougoslavie
1999 (Norvège/Danemark): 1. Norvège, 2. France, 3. Autriche
1997 (Allemagne): 1. Danemark, 2. Norvège, 3. Allemagne
1995 (Autriche/Hongrie): 1. Corée du Sud, 2. Hongrie, 3. Danemark
1993 (Norvège): 1. Allemagne, 2. Danemark, 3. Norvège

Voir la video

Voir la video

Voir la video

Voir la video