La France bat la Suisse 33 à 20

La France bat la Suisse 33 à 20

Publié le , modifié le

L'équipe de France masculine s'est facilement imposée face à la Suisse 33 à 20 (mi-temps: 17-11) en amical, jeudi à Chambéry. Les Français, décevants en Serbie en janvier avec une 11e place peu digne de leur rang de champions olympiques et double champions du monde en titre, ont basé ce succès sur leur défense, un état d'esprit retrouvé et une volonté de bien faire. La campagne olympique est lancée.

"Prendre la mesure des leçons reçues" insiste Claude Onesta

Évidemment, une victoire contre une nation mineure -la Suisse ne s'est plus qualifiée  pour une compétition internationale depuis 2006- n'a pas une grande  signification sportive. Cependant elle a le mérite de lancer la préparation olympique. "Il y a deux solutions pour vivre l'Euro. Soit on fait  semblant de ne pas l'avoir vécu et on ne saura pas se servir des indications.  Soit on est capable véritablement de prendre la mesure des leçons reçues et ça  peut être même une véritable opportunité pour nous", a souligné le patron des Bleus Claude Onesta.

Réunis pour un stage d'une semaine, les Français ont affiché beaucoup d'application  et d'envie pour s'offrir une large victoire. "Ça reste un match qui a montré le sérieux de cette équipe, sa volonté de reprendre sur ses bases et d'effacer ce qu'on a vécu il y a quelques semaines" a dit Claude Onesta. Malgré les petites imperfections, l'état d'esprit affiché par les coéquipiers de Nicola Karabatic a montré la volonté d'aller de l'avant. De son côté, le sélectionneur Claude Onesta a utilisé cette rencontre pour passer en revue quasiment tout  son effectif car les 14 places pour les JO de Londres seront chères.

Accambray, Bingo, Joli, Dumoulin marquent des points

Les JO? "Dur à aller chercher" souligne Dumoulin.

Le sélectionneur national a pu observer William Accambray en arrière droit,  un poste sur lequel il cherche une deuxième option derrière Xavier Barachet,  blessé à un genou actuellement. Le Montpelliérain, irrégulier depuis le début  de la saison, s'est plutôt bien acquitté de sa tâche. Sur l'aile gauche, Arnaud Bingo a réalisé un match plein, comme son comparse de l'aile droite Guillaume Joli. Enfin, dans les buts, Cyril Dumoulin, en balance avec Daouda Karaboué pour  la place de remplaçant derrière Thierry Omeyer, a montré qu'il était bien mieux  qu'une solution de recours, avec trente minutes remarquables. "J'ai encore des choses à montrer. Je crois en moi  et en mes chances jusqu'au bout. Je me bats et en plus j'étais à la maison,  donc c'était encore plus facile de se sentir à l'aise", a dit Dumoulin. "Le principal objectif se situe là, ne rien avoir à me reprocher, tout  donner. Je sais que ça (une place dans le groupe pour les JO, ndlr) va être dur  à aller chercher, qu'il va falloir vraiment se battre."

La France a mené de bout en bout, en s'appuyant sur sa cohésion défensive.  Les Suisses, contraints à beaucoup se reposer sur Andy Schmid, l'arrière du  club allemand de Rhein-Neckar Löwen, ont fait front avec vaillance, mais  étaient limités. S'il y a eu un peu de déchet sur la base arrière en première période, les  "Experts" ont aussi gratifié le public chambérien de quelques beaux mouvements,  comme cette passe dans le dos de Nikola Karabatic pour Bertrand Gille, ou ce  "kung-fu" entre Joli et Samuel Honrubia. Un bon travail qui appelle une confirmation lors de la deuxième sortie amicale face à la Suisse, samedi (20h45)  à Montbéliard.

Mathieu Baratas