La déception de l'entraîneur de l'équipe de france de hand féminin Olivier Krumbholz
La déception de l'entraîneur de l'équipe de france de hand féminin Olivier Krumbholz | AFP - Attila Kisbenedek

Krumbholz : "Mentalement ça a lâché"

Publié le , modifié le

Olivier Krumbholz, le sélectionneur de l'équipe de France de handball, très sévère avec ses joueuses battues par la Norvège (30-19) lors du 1er match du tour principal de l'Euro-2012 dames, lundi à Belgrade, ne pouvait que constater que "mentalement ça avait complètement lâché".

Comment expliquez-vous une défaite aussi lourde?
Olivier Krumbholz: "Face à la difficulté, on n'a eu aucune épaisseur. Bien sûr la Norvège est trois niveaux au-dessus de nous, mais on ne les a même pas poussées dans leurs retranchements. En deuxième mi-temps, je crois que mêmes eux ont été surpris par notre niveau, parce qu'on est en général un adversaire coriace. Je ne comprends pas. Je sais qu'on fait souvent des erreurs de tirs, de passes. Mais là il y a de tout: des erreurs techniques, des erreurs grossières de défense. Il y a des filles qui sont incapables de défendre dans le dispositif. Personne ne se rebelle. Mentalement ça a complètement lâché."

Cela signifie-t-il que vos joueuses ne sont pas armées mentalement pour assumer le statut de favories?
OK: "Là elles ne sont pas armées. Il faut vraiment qu'elles fassent une évaluation sévère. On fait trop de fautes, on n'a pas de joueur leader. On perd je ne sais combien de duels. Les jeunes, chaque fois qu'elles défendent, elles font une faute grossière et on prend le but. Les Norvégiennes vont vite donc on ne peut pas faire les changements défensifs. La deuxième mi-temps c'est une bérézina. On a fait des cadeaux invraisemblables. Des erreurs qui sont des gags. Il y a des joueuses très fortes de l'équipe de France qui sont passées au travers. Ca ne nous a pas aidé non plus. Il n'y ni performance collective, ni performance individuelle. Ca pose quand même une question très embêtante:  'Qu'est-ce qu'elles sont venues faire ici?' "

Vous avez encore un tout petit espoir de qualification. Mériteriez-vous d'aller en demi-finale?
OK: "Là non, sûrement pas. Sur ce qu'on a fait pour l'instant, on ne mérite pas d'aller en demie. Maintenant j'attends une réaction et j'espère bien gagner les deux derniers matches. Je constate quand même que c'est la même chose à la fin de chaque Olympiade, où on n'a aucune épaisseur sur l'Euro. Manifestement on est incapable d'enchaîner les Jeux et l'Euro. J'aimerais qu'on finisse bien, proprement, qu'on batte les Tchèques, même si ce ne sera pas facile, parce que c'est une très bonne équipe, et pourquoi pas battre les Serbes, qui sont certainement plus à notre portée que ne l'était la Norvège aujourd'hui. J'y crois encore, pourquoi je n'y croirais pas ? J'en ai tellement vu dans le handball. Ce n'est évidemment pas le scénario le plus probable sur ce qu'on a vu aujourd'hui. J'ai peur que quand sonnera l'heure du bilan, il y en ait qui aient besoin de se regarder dans la glace."

AFP