Nikola Karabatic
Nikola Karabatic | FREDERICK FLORIN / AFP

Karabatic: "Ça m'a renforcé"

Publié le , modifié le

Nikola Karabatic, maître à jouer de l'équipe de France de handball et nouvelle recrue du FC Barcelone, dit "sortir renforcé" de l'affaire des paris suspects qui a éclaboussé le club de Montpellier la saison dernière et juge avoir fait le "bon choix" en venant en Catalogne. Dans un entretien téléphonique avec l'AFP, le joueur de 29 ans a affiché ses ambitions pour la Ligue des champions, qui débute pour le Barça samedi en Macédoine contre le Vardar Skopje, et pour le Championnat d'Europe au Danemark en janvier prochain avec les "Experts".

Au bout de quelques semaines, sentez-vous que vous avez eu raison de  venir au FC Barcelone ?
Nikola Karabatic : "Je voulais venir à Barcelone, ça faisait longtemps qu'on était en  contact et je voulais jouer dans un club qui me permette de regagner la Ligue  des champions et de gagner les titres qui manquent à mon palmarès. Et en trois  semaines à Barcelone j'ai remporté le Superglobe (Mondial des clubs, NDLR), que  je n'avais jamais gagné, et la Supercoupe d'Espagne. Je pense que mon choix est  un bon choix, je me sens très heureux et très bien dans l'équipe."
   
Quel regard portez-vous sur le championnat espagnol après la disparition cet été de l'Atletico Madrid, grand rival du Barça ?
N.K : "C'est vrai qu'avec la crise qui touche fortement l'Espagne et le sport  espagnol, il y a beaucoup de joueurs qui sont partis à l'étranger, l'Atletico a  été dissous. Le championnat peut paraître plus facile mais par exemple quand je  suis revenu à Montpellier il y a quatre ans, le championnat de France c'était  Chambéry et Montpellier et on était champions cinq journées avant la fin, sans  gros suspense. Depuis, le championnat a pris de l'ampleur, ça s'est un peu  équilibré et ça a progressé, et en Espagne c'est la même chose maintenant."
   
Dans quel état d'esprit êtes-vous vis-à-vis de la procédure judiciaire  en cours ? (concernant l'affaire des paris suspects dans laquelle Nikola  Karabatic et son frère Luka sont mis en examen, NDLR)
N.K : "J'ai bien sûr envie que ça se règle rapidement. Mais honnêtement, je  n'y pense quasiment plus. Ce n'est pas quelque chose qui me préoccupe ou qui me  pèse parce que de toute façon je sais que tôt ou tard on sera disculpés. Je  pense que ça m'a renforcé. Il faut le voir de cette façon-là, c'est comme ça  que moi je le vois. Je le prends de manière positive, comme une épreuve, et je  pense en sortir renforcé. J'ai maintenant la possibilité de jouer à Barcelone.  Sans ça, je pense que je n'aurais jamais pu jouer à Barcelone parce que je  n'aurais jamais pu partir de Montpellier. Je regarde le positif et je suis très  heureux."
   
Quel est le principal rival pour le Barça dans cette Ligue des champions  ?
N.K : "Il y a quelques équipes qui sont de notre niveau en termes de budgets  et de joueurs, des équipes comme Paris, Kiel, Veszprem, Hambourg sont les gros  prétendants au titre (...) J'aimerais vraiment beaucoup gagner à nouveau la  Ligue des champions (après 2003 et 2007, NDLR), c'est un gros objectif pour  moi, et puis faire un gros Championnat d'Europe avec l'équipe de France."
   
Quelles sont vos ambitions pour l'Euro au Danemark ?
N.K : "C'est un titre très important, mais par rapport au dernier Mondial, je  pense qu'on va faire maintenant partie des outsiders et plus forcément des favoris quasi-gagnants avant même d'avoir commencé la compétition, comme  c'était le cas avant. On a des joueurs importants qui ont arrêté l'équipe de  France, comme Didier Dinart. Il faut qu'on arrive à faire cette transition. Les  jeunes qui ont maintenant 25-26 ans doivent prendre le relais et apporter ce  qui manque avec le départ des anciens. Il y a une vraie dynamique à retrouver."

AFP