Cyril Dumoulin

Hand - Ligue des champions : Nantes surprend le PSG et file en finale

Publié le , modifié le

Nantes s'est qualifié pour sa première finale de la Ligue des champions de handball en créant la surprise aux dépens du Paris SG, 32 à 28, samedi à Cologne.

Le PSG encore surpris ! Nantes s'est qualifié pour la première finale de Ligue des champions de son histoire en venant à bout des Parisiens 32 à 28. Les Nantais affronteront soit Montpellier soit le Vardar Skopje pour le titre européen. Ils n'en sont qu'à leur deuxième participation à la Ligue des champions. La surprise est de taille, même s'il ne s'agit pas de la première victoire du "H" sur le PSG. Il s'était par exemple imposé en début d'année en début de saison dans le Trophée des champions. 

Mais Paris avait gagné les duels importants et semblait difficile à battre, avec son budget trois fois supérieurs, d'autant que les joueurs incertains, Luka Karabatic, Luc Abalo et Benoît Kounkoud, ont joué. Mais les Nantais ont fait le match parfait. Ils ont pris les devants dès la première période (13-8 après 21 minutes de jeu) grâce au pivot Nicolas Tournat et aux pénalties de Kiril Lazarov, et n'ont plus jamais été rattrapés. Les Parisiens ont été maladroits en attaque. Alors qu'on attendait leur doublette de gardien Thierry Omeyer et Rodrigo Corrales, c'est celui de Nantes, Cyril Dumoulin, qui a brillé. C'est un formidable accomplissement pour le club entraîné par Thierry Anti, et une terrible désillusion pour le PSG, qui échoue encore dans son troisième Final Four d'affilée.

Dumoulin domine Omeyer

"Ça s'est joué sur le handball. On a beaucoup mieux joué, en défense, en attaque, en montée de balle, et ça c'est fort", a souligné le capitaine et défenseur Rock Feliho. Le jeune pivot Nicolas Tournat a fait de gros dégâts dans la défense parisienne (8 buts à 100% de réussite) et le Macédonien Kiril Lazarov a fait avancer la marque aux jets de 7 mètres (7 réussis sur 8). Alors qu'on attendait la doublette Thierry Omeyer et Rodrigo Corrales, c'est Cyril Dumoulin qui a brillé dans la cage nantaise (11 arrêts). Pour l'Espagnol David Balaguer (4 buts), "la clef du match a été les trois arrêts réussis à la fin par Cyril et la lucidité dans les dernières attaques". 

En finale, les Nantais seront de nouveau outsiders, même si Feliho a tenu à nuancer l'image du Petit Poucet. "On est néophyte au Final Four mais ça fait quelques années qu'on prouve notre valeur. On a fait des finales de la Coupe EHF (2013, 2016), on a gagné des titres (Coupe de France et de la Ligue) et notre équipe a évolué. Ce n'est pas un hasard si on est là". Pour les Parisiens, en échec pour la troisième fois d'affilée au Final Four, la désillusion est énorme. Même en présence des joueurs longtemps incertains, Luka Karabatic, Luc Abalo et Benoît Kounkoud, ils n'ont jamais pu se remettre de leur maladresse en attaque en première mi-temps, malgré les efforts de Nedim Remili (6 buts). "On a fait trop d'erreurs individuelles", a résumé Nikola Karabatic. Ils essaieront de se consoler jeudi avec un nouveau titre de champion de France, qu'ils ajouteront à leur palmarès s'ils battent Chambéry à Coubertin.
 

AFP