Amandine Leynaud
Amandine Leynaud | JAVIER SORIANO / AFP

Golden League : la France commence bien

Publié le , modifié le

La France a réussi son premier match de la Golden League, qui fait office de préparation à l'Euro-2014 dames de handball, en dominant une pâle Serbie (22-18) à Larvik (Norvège).

Les Bleues ne tireront guère d'enseignements de cette rencontre amicale  contre les vice-championnes du monde serbes, grandement diminuées et loin de  leur meilleur niveau. Mais elles se satisferont de bonne grâce de cette victoire, qui leur  permettra de continuer à travailler dans la sérénité dans la perspective de  l'Euro (7-21 décembre en Hongrie et Croatie). Les Françaises retrouveront vendredi (19h10) la Norvège, vice-championne  d'Europe en 2012, et dimanche (18h30) le Danemark, médaillé de bronze du  Mondial-2013. Ces deux matches devraient leur permettre d'en savoir plus sur leur état de  forme, et aider Alain Portes à affiner ses choix pour l'Euro, notamment sur le  poste d'arrière gauche où personne ne s'est vraiment imposé.

Leynaud décisive

Confronté à de nombreuses absences, le sélectionneur a dû encore accélérer le rajeunissement de l'équipe qu'il avait entamé à son entrée en fonctions. Le manque de cohésion des Tricolores s'est ressentie en seconde période, contre des Serbes qu'elle croiseront à nouveau au premier tour de l'Euro. Très vite menées 5-2, les Bleues ont retrouvé leurs fondations défensives  pour infliger un 8-0 aux Serbes (5-10, 19e). De retour de blessure, Amandine Leynaud a rassuré en multipliant les arrêts. Faisant bien circuler la balle, sans hésiter à pousser jusqu'à leurs ailières, les Françaises ont continué à aligner les buts à un rythme  intéressant (13-7, 27e).

Mais elles ont ensuite été rattrapées par leur jeunesse, Alain Portes multipliant les rotations. La France s'est laissé entraîner dans un faux rythme  par un adversaire étonnamment peu agressif. Les Serbes sont revenues à -2 (16-18, 46e), obligeant le sélectionneur à  prendre un temps mort pour remettre en place le jeu de son équipe. Cette minute de repos a eu l'effet souhaité, les Bleues recouvrant leurs  esprits, pour rester 11 minutes sans encaisser le moindre but. Avec le retour au poste de demi-centre de Gnonsiane Niombla, leur attaque a également repris forme, ce qui leur a permis de terminer avec une marge  reflétant mieux l'écart entre les deux équipes.

AFP