Jérôme Fernandez france experts
Jérôme Fernandez part en quête d'un 7e titre avec l'Equipe de France. | AFP - FRANCK FIFE

Fernandez: "Un bon Euro pour rester sur la lancée"

Publié le , modifié le

Jérôme Fernandez a tout gagné en bleu. Mais le capitaine n'en demeure pas moins motivé par la perspective des nouveaux challenges qui se présentent à l'équipe de France: l'Euro 2012 qui débute lundi et les Jeux olympiques de Londres fin juillet.

La France boucle sa préparation par deux succès, parfois laborieux par moments. Quel bilan en tirez-vous?
JEROME FERNANDEZ: "Un bilan plutôt positif avec seulement 10 jours de préparation, même si un peu mitigé par moments. Certains joueurs sortaient d'une trêve hivernale en Allemagne. Bien sûr, on aurait préféré être plus efficace et plus précis. Tout le monde s'est donné à fond et, dans l'ensemble, c'est plutôt satisfaisant. Globalement, c'étaient deux très bons matches pour travailler. L'Espagne, ce sera autre chose. Maintenant, il faut se remettre à bosser et il va falloir relever notre niveau de jeu. On va bosser sur la vidéo de nos deux derniers matches contre les Espagnols (ndlr: deux nuls). Car là, ça peut être un match couperet."

Habituellement arrière-gauche, vous avez été utilisé comme arrière-droit face à la Norvège. Ça ne vous dérange pas?
J.F.: "Cela fait six ans que c'est le cas. J'ai mes repères et les habitudes. Ce qui n'est pas évident, c'est surtout de rentrer en cours de match. Dans l'ensemble, je suis plutôt satisfait de mon match. J'ai eu un peu d'échec aux tirs. Mais sur ce que j'ai apporté, c'était plutôt positif."

Les Norvégiens ont évolué avec deux pivots et la France semble avoir dû mal face à ce système de jeu…
J.F.: "C'est le genre de tactique qui met à mal notre défense. On va essayer de bien bosser là-dessus. Les Norvégiens sont très physiques et quand ils prennent bien les positions, c'est difficile de jouer sur les trajectoires de balle. On a quelques jours pour régler ça et pour bien se préparer à affronter l'Espagne qui a un jeu complètement différent. Ce n'est pas sur ce genre de match qu'on va pouvoir s'appuyer pour les battre. On les connaît assez bien pour savoir ce qu'ils vont nous proposer. On va essayer de répondre présent."

Comment jugez-vous de l'état de forme de l'Equipe de France?
J.F.: "A ce moment de la préparation, on est mieux. On a l'ensemble de l'équipe qui est en forme. Physiquement, nous avons très bien bossé la semaine passée et du coup, c'était un peu difficile cette semaine pour certains avec l'accumulation de la charge de travail. A partir de lundi, tout le monde sera fin prêt pour démarrer l'Euro. On y va vraiment avec la grosse armada. Daniel (Narcisse) et Guillaume (Gille) (ndlr: forfaits sur blessure lors du Mondial 2011) sont là cette fois. La France a plus de possibilités, mais il ne faudrait pas que cela nous nuise. Qu'on se dise qu'avec l'effectif qu'on a, on va gagner. Il faudra être performant individuellement. Ceux qui rentreront en cours de match devront maintenir le niveau de jeu. Le plus important, ce n'est pas ceux qui commenceront, mais que l'équipe maintienne son niveau pendant 60 minutes."

Vous êtes le capitaine d'un groupe qui a travaillé à 21 et se retrouve à 16 pour la compétition. Qu'avez-vous dit à ceux qui sont partis?
J.F.: "Les garçons qui ont travaillé pendant 10 jours avec nous et ne sont pas du voyage sont forcément déçus. Mais il ne faut pas qu'ils oublient que, s'il y a de la casse à l'Euro, on fera appel à eux. Il faut qu'ils restent concentrés sur leur sujet, qu'ils continuent de bosser dans leur club pour être opérationnels si on les appelle."

2012 est une année importante avec l'Euro et les JO qui restent le summum du sport. Est-ce que cela modifie la préparation de l'Euro?
J.F.: "Je n'ai pas l'impression que cela change grand-chose pour nous. Pour les autres équipes, on a vu que certains joueurs faisaient l'impasse sur la compétition pour prendre du repos ou se faire opérer. En ce qui nous concerne, tout le monde a répondu présent et est très motivé pour conserver le titre de champion d'Europe. J'espère que ça va encore nous sourire."

Quand on a tout gagné, ce n'est pas trop difficile de rester motivé?
J.F.: "C'est déjà fou ce qu'on a fait. J'ai envie de vous dire qu'un titre de plus ou de moins, ce n'est pas très important. Si on fait un bon Euro, quel que soit le résultat, ça nous permettra de rester sur notre lancée pour les Jeux qui arrivent dans six mois."