Dunkerque en 8e pour la première fois de son histoire

Dunkerque en 8e pour la première fois de son histoire

Publié le , modifié le

Dunkerque s'est qualifié pour les 8e de finale de la Ligue des champions pour la première fois de son histoire en battant l'équipe suisse de Schaffhouse (29-25), samedi lors de la dernière journée de la phase de poules.

Les hommes de Patrick Cazal, qui ont arraché la victoire de haute lutte, devront attendre le match entre les Hongrois de Szeged et les Danois d'Aalborg pour savoir s'ils finiront troisièmes ou quatrièmes de la poule D. En présence du ministre de la ville et des Sports, le Nordiste Patrick Kanner, l'USDK, soutenu par une salle des Flandres en fusion, n'a pas manqué son rendez-vous et atteint le Top 16 européen à sa deuxième tentative en Ligue des champions.

Après un premier acte très accroché et malgré une entame de seconde période difficile, Dunkerque a fait la différence après la pause, grâce notamment au coaching gagnant de Cazal, dont les remplacements auront été décisifs, à l'image de Julian Emonet, Pierre Soudry, Benjamin Afgour ou Jalleledine Touati. Avant cela, les Dunkerquois auront lutté dès la première seconde sur chaque ballon. Leur première attaque, marquée par la distribution de trois cartons jaunes à leurs adversaires, donnait un aperçu de l'âpreté des débats qui allaient suivre. En panne pendant plus de cinq minutes (0-2, 6e), l'USDK réagissait en inscrivant trois buts en à peine 60 secondes pour prendre les devants (3-3, 7e). Malgré trois buts consécutifs de Théophile Caussé, les Nordistes ne parvenaient pas à creuser l'écart (8-8, 19e) et devait même courir après la  score (11-12, 25e). Finalement, ils égalisaient juste avant le repos (14-14). 

Il y a un an, l'USDK aurait sans doute craqué

Après une série d'erreurs qui avaient permis aux Suisses de prendre deux longueurs d'avance (15-17, 34e), l'USDK, qui aurait sans doute craqué il y a un an, se reprenait brillamment. En infligeant un 5-0 aux Helvètes en huit minutes, sous l'impulsion de l'ailier gauche Julian Emonet, rentré à la pause, les Dunkerquois s'échappaient au score pour la première fois (20-17, 42e). Dans une ambiance de folie, ils enfonçait le clou grâce aux buts d'Emonet et aux arrêts de William Annotel, qui a fait oublier l'absence sur blessure de Vincent Gérard (23-18, 44e). Toutefois, les Helvètes ne lâchaient pas prise et recollaient un peu au score grâce à leur intenable pivot Anton Mansson (23-21, 48e, puis 25-24, 53e).

L'exclusion temporaire de l'immense Marko Mamic à six minutes du terme  allait faciliter la tâche des Nordistes qui reprenaient une avance plus confortable à l'entame du money-time (27-24, 56e). L'USDK ne flanchait pas et décrochait une victoire (29-25) et une qualification amplement méritées.

AFP