joel delplanque président fédération handball
Joel Delplanque, président de la Fédération Française de Handball | AFP - GUILLAUME BAPTISTE

Delplanque: "C'est invraisemblable !"

Publié le , modifié le

La France devra encore patienter avant d'acclamer ses Experts à domicile. La Fédération internationale de handball a décidé d'offrir l'organisation du Mondial 2015 au Qatar, jeudi à Malmo (Suède). Comme pour le Mondial de football 2022, la décision ne se serait pas faite sur des critères sportifs, selon Joël Delplanque, président résigné et dépité de la Fédération française. La Norvège et la Pologne étaient également en lice.

Quelle est votre réaction à cette désignation?
"Pour moi, c'est invraisemblable! A l'évidence ce n'est pas le meilleur dossier qui a gagné. Perdre comme ça au premier tour, alors que tout le monde a fait une ovation debout à nos joueurs venus présenter notre candidature ce matin, se faire renvoyer comme ça, c'est insupportable. Quand l'IHF veut, comme elle l'a annoncé hier, lancer un programme de sport à l'école, s'il y a bien une équipe à défendre ses qualités-là, c'est la nôtre. La FFHB voulait servir le hand et que le hand. Apparemment, ça n'a pas été compris et je le regrette profondément."

Qu'est-ce qui a fait la différence en faveur du Qatar selon vous?
"Il faut demander à ceux qui ont voté. Moi, je ne sais pas. Le Qatar a présenté l'argument que cette région du monde n'avait encore jamais accueilli de manifestation et qu'il fallait combler le vide. Leur deuxième argument concerne les spectateurs qui, d'ailleurs, ne seront pas présents. Mais ils nous ont indiqué qu'ils ont les moyens, grâce à leur compagnie aérienne, d'aller chercher des spectateurs dans le monde entier. Apparemment, ça a satisfait ces messieurs de la Fédération internationale."

N'avez-vous pas trop communiqué autour de l'équipe de France?
"On a une équipe absolument exceptionnelle, sur le terrain et en dehors. Elle a mis la barre tellement haut que nous les dirigeants avons décidé de nous mettre au niveau de cette équipe. Alors aujourd'hui, ne pas offrir au handball mondial la possibilité de hisser son niveau de performance, d'organisation et d'accueil comme nous l'avions prévu, pour moi c'est invraisemblable. Je ne trouve pas les mots assez forts pour dire ce que je ressens, c'est terrible, une vraie souffrance."