Dragan Gajic (Montpellier) face à Flensburg
Dragan Gajic (Montpellier) | EPA/BENJAMIN NOLTE

Montpellier subit le choc européen

Publié le , modifié le

Montpellier a renoué dans la douleur avec la Ligue des champions, en subissant la terrible loi des Allemands de Rhein-Neckar (35-24), samedi à Mannheim. Les Héraultais ont éprouvé les effets du choc européen face à une équipe puissante contre laquelle ils ont paru sans solution. Placé dans le groupe le plus relevé de la compétition, Montpellier doit digérer cette première défaite, et vite se remobiliser, avant de recevoir dans une semaine les Slovènes de Celje.

Après une année sans Ligue des Champions, mais en Coupe de l'EHF, dont ils avaient atteint la finale (perdue devant  Szeged), les Montpelliérains ont pu se rendre compte qu'il leur faudra sérieusement hisser leur niveau de jeu pour exister dans cette épreuve.

Landin, le mur

Les Héraultais n'ont existé que pendant une dizaine de minutes face aux Lions de Rhein-Neckar, avant de se montrer totalement impuissants devant Niklas Landin. Le gardien danois, considéré comme le N.1 dans le monde à son poste, a écoeuré presque à lui seul les Français. Ses innombrables arrêts ont non seulement empêché Montpellier d'alimenter  le score, mais aussi permis à Rhein-Neckar de placer ses contre-attaques, un  exercice dans lequel il excelle.
Le leader de la Bundesliga a d'abord trouvé des solutions grâce à la  relation entre le demi-centre suisse Andre Schmid et le pivot norvégien Bjarte Myrhol. Les problèmes ont vraiment commencé pour Montpellier, quand Dragan Gajic meilleur buteur en Coupe de l'EHF et habituellement impeccable, a buté de  manière répétée sur Landin. Les arrêts du gardien danois ont amené les Montpelliérains à trop se  précipiter en attaque, et Rhein-Neckar s'est détaché une première fois après  deux interceptions conclues par Gedeon Guardiola (11-5, 17e).

Montpellier pris en contres 

Montpellier a continué à se montrer trop impatient en attaque, oubliant de  jouer dans le dos de la défense allemande. Rehin-Neckar a ainsi accentué son  avance (15-8, 26e), toujours grâce à son jeu rapide. Les jeunes Montpelliérains ont aussi faut preuve de grande naïveté sur certaines actions défensives et à la pause le match était quasiment déjà joué  (18-11).

Les Allemands, quarts de finaliste de la C1 la saison passée, éliminés par  Barcelone, n'ont pas laissé le MAHB respirer une seconde. Guardiola s'est à nouveau retrouvé à la conclusion d'une contre-attaque  (22-13, 38e). Puis Schmid (5 buts) a montré toute son classe, sur une passe dans le dos convertie par l'arrière suédois Kim Ekdahl du Rietz (27-16, 43e). Le match était dès lors définitivement plié, mais Montpellier a eu le  mérite de ne pas s'effondrer totalement dans les dix dernières minutes.

Christian Grégoire