Daniel Narcisse, Mikkel Hansen et Philippe Gardent
Daniel Narcisse, Mikkel Hansen et Philippe Gardent | FRANCK FIFE / AFP

Le PSG pris au piège à Velenje

Publié le , modifié le

Trop inconstant et laxiste en défense, le PSG s'est pris les pieds dans le tapis sur le parquet de Gorenje-Velenje (30-28), samedi en huitième de finale aller de la Ligue des champions messieurs de handball. Les champions de France en titre, qui ambitionnent d'accéder au Final Four de la plus prestigieuse compétition européenne, devront impérativement s'imposer en remontant leur retard à la différence de buts, lors du match retour le 30 mars à la Halle Carpentier, s'ils veulent continuer l'aventure.

Des Parisiens décevants

Le club slovène est loin d'être un cador de la scène continentale. Il n'a d'ailleurs jamais dépassé les huitièmes de finale de la C1, éliminé l'an passé  à ce stade par Flensburg. Mais samedi soir, devant leur bouillant public, les handballeurs de la petite ville des Balkans (33.000 habitants), ont donné une véritable leçon à  des Parisiens décevants. Inférieurs physiquement, les Slovènes se sont évertués à tenir leur stratégie: rapidité et créativité en attaque, et variété en défense, une  recette qui a déstabilisé les Parisiens. Avant la rencontre, Philippe Gardent craignait beaucoup le petit (1,76)  demi-centre slovène Stas Skube. Finisseur (8 buts), ce dernier a aussi assumé à  la perfection son rôle de métronome mettant sur orbite ses partenaires en  particulier Mario Sostaric (9 buts), en feu sur son aile droite.
   
 Les hommes de Philippe Gardent, qui restaient pourtant sur un succès éclatant en Ligue des champions, face au Vardar Skopje (35-25) en février, n'ont eux jamais été capables d'afficher la même constance pendant une heure, leur grand problème cette saison.  Ils ont bien débuté la partie prenant l'avantage par l'intermédiaire de Marko Kopljar (6-5), avant que la machine ne s'enraye. En souffrance pour  trouver des solutions en attaque, les champions de France commettaient aussi de trop nombreuses pertes de balles, à l'image de cette passe ratée de Asgeir Örn  Hallgrimsson à Gabor Csaszar que Niko Medved interceptait pour donner trois  buts d'avance aux siens (15-12).

Melic entretient l'espoir

Au retour des vestiaires, les Parisiens continuaient de souffrir en butant  sur la défense adverse. Medved en profitait pour aggraver la marque (18-14).  Les joueurs du PSG se réveillaient toutefois dans le dernier quart d'heure.  L'ailier droit parisien Fahrudin Melic (7 buts et meilleur marqueur du PSG), qui évoluait face à son ancien club, ravivait la flamme de l'espoir en égalisant à sept minutes de la fin (27-27). Mais ensuite, les handballeurs du Paris SG retombaient dans leur travers et  n'arrivaient pas à tirer profit de l'exclusion temporaire de Skube. Revenu sur  le terrain, le demi-centre slovène inscrivait le dernier but des siens (30-28)  sur penalty avant une dernière occasion gâchée côté parisien, par Jeffrey  M'Tima, devant la mine déconfite de Philippe Gardent.

AFP