Mikkel Hansen déterminant dans le succès du PSG Handball à Dunkerque
Mikkel Hansen s'envole au dessus de la défense de Dunkerque | J.-Ch. Bayon/ MaxPPP

Le PSG prend l'avantage à Dunkerque

Publié le , modifié le

Le PSG s'est imposé à Dunkerque (23-21) en huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions et pris un avantage sérieux pour la qualification pour les quarts de finale. L'autre club frança encore en course, Montpellier, actuel leader du championnat de France, jouera son 8e de finale aller dimanche à domicile contre le club polonais de Kielce, l'un des favoris à la victoire finale.

L'opposition entre les deux derniers champions de France, le Paris SG en 2013, et Dunkerque en 2014, sur la scène européenne était très attendue et a tenu toutes ses promesses, en matière d'intensité, même si sur le papier les deux équipes n'évoluaient pas dans la même catégorie.

D'un côté le PSG, doté du plus gros budget d'Europe (14,76 millions d'euros) et dont les propriétaires qatariens veulent rapidement faire une  référence continentale. De l'autre Dunkerque, dont les moyens (4,56 MEUR) et  les ambitions sont beaucoup plus modestes. Mais les champions de France en titre n'avaient pas l'intention de lâcher. Et ils ont donné du fil à retordre aux Parisiens jusqu'aà la pause qu'ils atteignaient avec un avantage d'un but (13-12). Mais ensuite, les coéquipiers de Thiery Omeyer ont sérieusmeent hausser leur niveau de jeu, conscients que les objectifs élevés qui sont les leurs demandent de ne pas laisser filer les occasions. Ils se sont donc remis sur de bons rails profitant de d'une baisse de régime d'un collectif dunkerquois beaucoup moins fourni pour s'imposer. Ces deux petits buts seront déjà un avantage concret avant le match retour le 22 mars à Paris. 

Des regrets pour Dunkerque

Les Dunkerquois, peuvent avoir des regrets. Remarquables d'abnégation en défense comme toujours, ils ont eu la balle d'égalisation à 20 secondes de la fin. Mais Kornel Nagy a été sanctionné d'un passage en force et, à la toute dernière seconde sur la contre-attaque, Jeffrey Mtima a scellé le score final. Dunkerque peut espérer venir gagner à Paris. Il l'avait fait en mars  drnier sur la voie de son premier titre de champion de France.
Mais c'est bien le PSG, battu ces deux dernières saisons dans le Nord en  Championnat, qui se retrouve en position de force pour retourner en quarts, comme en 2014. C'est lui qui est le mieux entré dans la partie. Daniel Narcisse a fait admirer sa vitesse d'exécution pour obtenir rapidement deux pénalties, transformés par Mikkel Hansen (3-0, 3e).Mais après ces cinq premières minutes de flottement, Dunkerque a vite  retrouvé toutes ses vertus pour revenir sur deux contre-attaques brillamment  conclues par Théophile Caussé (3-3, 6e). La défense centrale parisienne, impeccable jusque-là, a commencé à  souffrir, en se focalisant trop sur le pivot dunkerquois Mohamed Mokrani  et en oubliant les tireurs.

Paris au finish

Paris a brièvement repris trois buts d'avance (7-4, 11e), mais les nombreuses exclusions temporaires provoquées par Mokrani ont permis à l'USDK de revenir, grâce à un bon passage de Nagy (8-8, 17e). Seul gardien côté Dunkerque, en l'absence du titulaire Vincent Gérard, blessé à une épaule, William Annotel a continué à multiplier les parades (12 à  la pause, 50% d'arrêts).Les Nordistes en ont profité pour prendre l'avantage pour la première fois sur un but de Benjamin Afgour (10-9, 21e), le PSG peinant à trouver d'autres solutions que les pénalties d'Hansen.

Mais la réussite offensive qui accompagnait les Dunkerquois avant la pause (13-12) a commencé à les fuir. Le PSG, toujours très sanctionné, mais à juste titre le plus souvent, est revenu une nouvelle fois grâce à Hansen (15-15, 40e). Le talent individuel exceptionnel du Danois et de Narcisse lui a même permis de repasser devant (17-15, 44e). Mais les deux minutes ont continué à s'abattre sur Paris, Zacharia Ndiaye écopant ainsi d'un rouge (49e). Le PSG s'est même retrouvé en double infériorité numérique et Julian Emonet  a égalisé pour Dunkerque (18-18, 50e). Mais William Accambray, d'un tir extraordinaire de 12 m, puis Hansen  toujours, ont redonné un peu d'air à Paris (21-18, 55e). Dunkerque, accrocheur  en diable, n'a cependant pas lâché. Nagy a ramené son équipe à un but (21-22, 59e). Mais sur l'action suivante,  e Hongrois s'est un peu précipité, offrant à Paris un dernier but inespéré.

Christian Grégoire

Coupe d'Europe de Handball