Le PSG face à Flensburg
Le Parisien Luc Abalo au tir face au gardien de Flensburg | AFP - DPPI MEDIA - STEPHANE ALLAMAN

Le PSG domine Flensburg et se propulse en quarts de finale de la Ligue des Champions

Publié le , modifié le

En battant à domicile les Allemands de Flensburg (35-32), le PSG s'est envoyé directement en quarts de finale de la Ligue des Champions, en évitant le stade des 8e de finale. Dans la finale de ce groupe A, les Parisiens ont pu compter sur un habituel énorme Mikkel Hansen (7/12 dont 5/6 aux jets de 7m), bien secondé par Samuel Honrubia (8/11) et Sergiy Onufryienko (6/10). Daniel Narcisse (5/11) et Nikola Karabatic (3/6) ont également été actifs.

C'est un affront lavé, et une excellente affaire. Lors du match d'ouverture de la Ligue des Champions, le PSG avait pris une  belle claque sur le parquet de Flensburg (39-32). Pour cette ultime journée de la phase de groupes, les Parisiens avaient une revanche à prendre. Et le vainqueur de ce match entre les deux co-leaders du groupe gagnait son ticket pour les quarts de finale, sans passer par la case des 8e de finale. Le jeu en valait la chandelle, et les joueurs locaux ont su mettre les ingrédients pour faire coup double.

Après un début de première période maîtrisé en empêchant les remontées de balle rapides, les Parisien ont créé un premier écart (10-6, 17e), mais ont vu les Allemands revenir (12-12, 21e), pénalisés notamment par l'inhabituel faible rendement de Mikkel Hansen (3/7 en première période), remplacé par le capitaine Daniel Narcisse. Si les gardiens ont été en vue en première période, ce sont les attaques qui ont fait le spectacle dans le second acte. A égalité à la pause (16-16), la seconde période a été menée sur un rythme totalement hallucinant. Les Parisiens ont créé un nouvel écart (25-22, 36e), puis ont réussi à répondre coups pour coups à Flensburg grâce à un Samuel Honrubia de gala sur son aile gauche, et pu compter sur un Thierry Omeyer encore impressionnant. Hansen a raté le jet aux 7 mètres du +4 (33-30, 53e), mais il en fallait plus pour perturber la machine parisienne, qui a nettement pris le dessus en défense dans les dernières minutes.

Sur cette dernière marche avant Cologne et sa finale à quatre les 28 et 29 mai, les Parisiens trouveront fin avril le vainqueur du match de barrage entre Zagreb -- qu'ils ont battu à deux reprises lors de la phase de poules cette année -- et Szeged (Hongrie) ou Rhein-Neckar Löwen (Allemagne) (en fonction du résultat de Szeged contre les Polonais de Kielce dimanche soir, ndlr). Ils auront surtout l'avantage de recevoir le match retour de ce quart de finale, eux qui ne se sont plus inclinés à domicile toutes compétitions confondues depuis novembre 2014 et un revers contre les Allemands de Kiel (27-25).

Réac​tions

Luka Karabatic (pivot du PSG): "On avait déjà envoyé des signaux en phase de poules, mais là on vient confirmer cela. C'était périlleux avec pas mal de bonnes équipes. C'est bien de s'éviter un 8e de finale. Ce n'est qu'une partie du chemin. On va pouvoir oublier la Ligue des champions, mais ça va venir très vite. Arrivés en quarts de finale, il n'y aura plus de matches faciles. Toutes les équipes auront leurs spécificités."

Luc Abalo (ailier droit du PSG): "Le match retour à domicile, c'est très important. On est très content de la tournure des événements. Il y a quatre à cinq équipes qui sont favorites pour la Ligue des champions, et encore faire des pronostics ce n'est pas la chose à faire. On ne peut pas dire qu'une équipe en particulier peut gagner cette Ligue des champions."

Nikola Karabatic (demi-centre du PSG): "Ce n'est pas encore mission accomplie, mais +checkpoint+ atteint. Finir 1er dans une telle poule avec Veszprem, Flensburg, Kiel, c'est quelque chose de solide. On a montré un beau niveau de jeu. Les matches couperets, c'est encore autre chose. On a un peu de temps avant ça, et c'est vraiment bien ça. On a confiance dans notre jeu. On a franchi un cap au niveau défensif, un très haut niveau de jeu. Les matches difficiles vont arriver assez vite".

Zvonimir Serdarusic (entraîneur du PSG): "Il y a trois semaines, nous étions déjà dans une bonne situation, car on avait notre destin en main avec trois victoires à aller chercher. Notre but était d'être premier, car il n'y a pas de 8e de finale à jouer. Nous avons deux semaines de libre, et les joueurs vont pouvoir se reposer et on va pouvoir travailler à l'entraînement. Notre but cette saison, c'est de nous rendre à Cologne".

Coupe d'Europe de Handball