Le PSG confirme, Montpellier réagit

Le PSG confirme, Montpellier réagit

Publié le , modifié le

Une semaine après avoir gagné à Skopje lors de la 1e journée de la Ligue des Champions, le PSG a conforté sa position de leader du groupe A en battant, à domicile, le RK Zagreb (27-22). Les Parisiens se rapprochent des 8e de finale. De son côté, Montpellier a bien réagi après sa large défaite de la semaine dernière contre les Allemands de Rhein-Neckar, en dominant les Slovènes de Celje (35-29) dans l'Hérault.

Victorieux la semaine précédente sur le parquet du Metalurg Skopje (27-22),  le vice-champion de France est l'unique club invaincu dans le groupe A, dont il  a pris seul la tête. Le RK Zagreb a démontré que sa victoire face au triple champion  d'Europe Kiel le week-end passé (27-25) n'était pas le fait du hasard. Les Croates ont imposé un terrible combat de rue aux stars parisiennes, qui  ont eu l'immense mérite de ne pas se défiler devant ce défi.

La défense hausse le ton

Dès les premières minutes, le PSG a compris qu'il aurait du mal à prendre  en défaut une défense croate d'une extrême rugosité (4-4, 9e). En échec aux tirs devant Filip Ivic, les Parisiens n'ont pas profité d'une  double exclusion croate, et ont même vu le RK Zagreb prendre les devants (8-6),  grâce notamment au grand Luka Stepancic. Pour compenser leurs difficultés en attaque, symbolisées par les arrêts  d'Ivic sur Igor Vori, Luc Abalo et Samuel Honrubia, les Parisiens s'en sont  remis à leur défense pour rester dans le match. Accrocheurs en diable, ils sont restés dix minutes sans concéder le moindre  but. Ils ont aussi tiré parti des sanctions commençant à pleuvoir sur les  Croates pour reprendre la tête, sur deux jets de sept mètres (11-9, 30e).

La qualité des rotations parisiennes a commencé à peser sur les Croates,  dont l'intensité défensive a lentement décliné. Impérial dans ses cages, Thierry Omeyer a sorti quelques arrêts de classe.  Cela a permis au PSG de se détacher (16-11, 37e), après deux nouveaux penalties  de Mikkel Hansen, impeccable dans cet exercice. Zagreb n'a pas lâché prise, trouvant quelques solutions offensives avec son  demi-centre Josip Valcic (17-21, 45e). Mais, conscient du danger, le PSG n'a pas relâché la pression en défense.  Fahrudin Melic lui a offert 7 buts d'avance (24-17, 54e), un écart suffisant  pour empêcher tout retour croate.

Montpellier se replace

Montpellier s'est relancé, en venant à bout des coriaces Slovènes de  Celje (35-29). Ce succès permet aux Héraultais d'oublier la correction subie la semaine  dernière à Rhein-Neckar (24-35), et de se replacer au classement du groupe C. Ils occupent désormais la 4e place, devant Celje et les Russes de Chekhov,  probablement les deux clubs qu'ils devront devancer à la fin de cette phase de  poules pour atteindre les huitièmes de finale. Les Montpelliérains ont eu du du mérite, car ils ont été durement secoués  par Celje en début de match. Les Slovènes les ont pris à la gorge d'entrée en  impulsant un rythme fou.

En échec devant Urban Lesjak, le gardien slovène, et avec un repli défensif  défaillant, Montpellier a vite pris 6 buts de retard (3-9, 12e). Mais les joueurs de Patrice Canayer se sont réveillés à temps, haussant  nettement le ton en défense et trouvant enfin des solutions de loin en attaque,  avec Mathieu Grébille (10-11, 21e). Le talent de l'arrière gauche croate Ivan Sliskovic, au service d'un jeu  slovène impressionnant de fluidité, les a cependant relégués à quatre buts à la  pause (14-18).

Mais la seconde période a tourné dans un tout autre sens. Le moment clé est  intervenu dès la 32e minute avec l'exclusion du défenseur slovène Vid Poteko. Vid Kavticnik, un ancien de Celje, a ensuite pris les choses en mains pour  ramener Montpellier à égalité (19-19). Puis, grâce à une défense cette fois-ci digne de la Ligue des champions,  avec en fer de lance Issam Tej, et à un Venio Losert au diapason dans les buts,  Montpellier s'est lentement mais irrémédiablement détaché.

AFP