Coronavirus - Le championnat de D1 féminin de hand à son tour arrêté définitivement, sans champion

Publié le , modifié le

Auteur·e : Manu Roux
La joueuse internationale de Metz Grâce Zaadi
La joueuse internationale de Metz Grâce Zaadi | AFP - NICOLAS GOISQUE

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Emboîtant le pas de la Ligue féminine de basket, des championnats de France garçons et filles de volley et de la Starligue masculine de handball, la ligue Butagaz Énergie (D1 féminine de hand) cesse, elle aussi, définitivement ses activités pour cette saison. Compte tenu de la formule, aucun titre de champion n’a été attribué.

Contrairement à la Starligue masculine, le championnat de France féminin s’achève traditionnellement par des playoffs impliquant les huit premières équipes de la phase régulière. Celle-ci n’ayant pu aller jusqu’à son terme (il restait 3 journées à disputer), le bureau directeur de la fédération française de handball a décidé que le titre champion de France 2020-2021 ne serait pas attribué.

Sans titre ni légende

Metz Handball, qui visait une cinquième couronne d’affilée et toujours dans les temps pour égaler le record du nombre de titres remportés consécutivement (6 par... Metz entre 2004 et 2009) voit ainsi sa série s’interrompre. De son côté, le Brest Bretagne Handball, en tête du classement provisoire au goal average particulier, n’avait jamais semblé autant en mesure de faire chuter son grand rival lorrain et vivait jusqu’ici la meilleure saison de son histoire. "La phase régulière n’était pas terminée et le match retour Metz/Brest prévu au départ le 31 mars, n’a pas pu avoir lieu. Dans ces conditions, décerner un titre de champion n’aurait strictement rien voulu dire du tout", confie un responsable. Consolation pour Bretons et Lorrains: les deux clubs seront, comme cette saison, engagés en Ligue des champions version 2020/2021. Fleury, Nantes et le Paris 92 seront proposés quant à eux pour la Coupe de l’EHL (European Handball League, C2).

Un championnat passera de 12 à 14 équipes

Comme son homologue masculin, la ligue féminine de handball ne procédera à aucune rétrogradation au sein de son élite. En conséquence, le championnat passera de 12 à 14 clubs la saison prochaine avec le renfort des promus Plan-de-Cuques et Saint-Amand-les-Eaux qui devance, à la différence de buts, Celles-sur-Belle. Un surplus de matches annoncé et déjà très apprécié par les présidents de clubs qui subissent un gros préjudice économique depuis le début de la crise du coronavirus.

Manu Roux ManuRouxJO