Didier Dinart Claude Onesta
Didier Dinart et Claude Onesta | AFP

Claude Onesta devient "manager général" de l'équipe de France, Dinart et Gille montent en grade

Publié le , modifié le

Joël Delplanque, le président de la Fédération Française de Handball, a annoncé officiellement ce mercredi que Claude Onesta prenait du recul pour laisser la place "sur le terrain" à Didier Dinart et, le nouveau venu, Guillaume Gille. Le sélectionneur des "Experts" devient "général manager" de l'équipe de France et va laisser l'élaboration de la stratégie sportive à ce nouveau duo dès les prochains championnats du monde qui auront lieu en France du 11 au 29 janvier prochain.

Une page se tourne au sein de l'équipe de France de handball. Claude Onesta, l'homme qui a mis le handball tricolore masculin au sommet, menant l'équipe de France à deux titres olympiques (2008, 2012), une médaille d'argent à Rio, trois titres mondiaux (2009, 2011, 2015), trois titres de champion d'Europe (2006, 2010, 2014), ne sera pas assis sur le banc pour le match contre la Lituanie le 3 novembre prochain. Désormais, les consignes reçues par les Experts seront données par un duo, Didier Dinart, au sein du staff tricolore depuis trois ans, et Guillaume Gille. Les deux anciens internationaux s'occuperont de l'aspect sportif, puisque Claude Onesta a enfin matérialisé son envie de s'éloigner du terrain. "Mon désir d’éloignement du terrain n’est pas récent, c'est un processus engagé depuis plusieurs compétitions, a avoué Onesta, ce n'est pas une punition, au contraire, je le vis avec plaisir et soulagement".

Garder le cap

Ce triumvirat, avec Claude Onesta en "manager général", Didier Dinart et Guillaume Gille en "entraîneurs de l'équipe de France", a entre ses mains la destinée de ce groupe qui aborde un Mondial à domicile (11-29 janvier 2017). Une échéance qui n'a pas effrayé au moment d'entériner cette évolution, et non "la révolution" d'après le président Joël Delplanque. "Cette décision n'était pas sans risques, a reconnu le dirigeant du handball français, mais il a été calculé, analysé. C'est la meilleure réponde qu'on pouvait apporter en vue de ces Mondiaux". "Le sport de haut niveau est un endroit où le manque de prise de risques est la meilleure façon d'échouer, a ajouté Onesta, ne pas le prendre aurait été la meilleure façon d'aller à l'échec". 

En prenant de la hauteur, Claude Onesta ne se désolidarise pas de cette équipe de France. Il en restera le garde-fou et n'hésitera pas "à devenir autoritaire si les choses n'allaient pas dans la bonne direction". "Si dérive, il y a, j'exercerai mon autorité, a-t-il prévenu. Aujourd'hui, ils n'ont pas la capacité et l'expérience pour gérer tout seul. Ils ont, en revanche, toute la capacité pour gérer les entraînements et l'équipe".

 Association pleine et entière

Guillaume Gille et Didier Dinart vont donc avoir les mains libres pour mener cette équipe comme ils l'entendent. Onesta pourra toujours intervenir car ce qu'il "arrive à voir et à comprendre du handball peut-être utile", a-t-il lâché. Un euphémisme, mais qui ne laisse aucun doute sur le fonctionnement des Experts dans les semaines à venir : "Guillaume (Gille) et Didier (Dinart) auront une liberté réelle sur le plan technique". Les deux hommes ont donc désormais la mission de continuer d'écrire l'histoire dorée des Experts, cette vitrine du handball français, qu'ils ont contribuée à tracer.

Si l'antériorité de Dinart, dans les murs depuis trois ans, lui confère une primeur dans la hiérarchie, dans les faits, les deux hommes seront sur un pied d'égalité. Guillaume Gille prendra ses marques et assurera aussi la transition avec Alain Quintallet, le préparateur physique, qui quittera ses fonctions après le Mondial. "Je ne suis pas préparateur physique, mais je pense être à un niveau qui permet d’accompagner l’équipe dans ce secteur là", a-t-il assuré. 

Benoit Jourdain @BenJourd1