Alain Portes
Alain Portes, le sélectionneur de l'équipe de France féminine | JAVIER SORIANO / AFP

Une simple étape pour les Françaises

Publié le , modifié le

Rajeunie et dirigée par un nouveau sélectionneur, Alain Portes, l'équipe de France féminine est dans le flou sur son niveau réel avant le début du Mondial, vendredi en Serbie, qui doit surtout lui permettre de préparer l'avenir et notamment les JO 2016 au Brésil. Le Championnat du monde est pourtant la scène des plus grands exploits des Françaises. Depuis leur avènement en 1999 (2e), elles n'ont échoué qu'une fois au-delà de la 5e place (12e en 2005). Elles y ont obtenu leur seul titre international en 2003, et deux autres médailles d'argent en 2009 et 2011.

Double finaliste sortante donc, voilà qui devrait automatiquement faire de la France une candidate au titre. Mais beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis la finale de Sao Paulo, perdue il y a deux ans face à la Norvège. Les Bleues ont été éliminées en quart de finale des JO de Londres en 2012 et ont fini 9e de l'Euro-2013. Deux échecs qui ont fini par coûter sa place à Olivier Krumbholz, l'architecte de tous les succès depuis 1998.

Portes: "On va essayer de moins souffrir"

Médaillé de bronze aux JO-1992 avec les "Barjots", Alain Portes a été choisi en juin pour lui succéder, fort de son expérience à la tête des équipes féminines et masculines de Nîmes, et de la sélection masculine tunisienne ces quatre dernières années. Le nouveau patron des Bleues n'a pris ses fonctions qu'en octobre pour les matches de qualification à l'Euro-2014. Il n'a donc eu que très peu de temps pour imposer ses idées auprès de joueuses auxquelles il a rapidement plu pour son flegme.

Sa stratégie, Portes l'a basée sur un premier constat : confiance et sérénité s'étaient envolées aux JO. "Elles avaient besoin de retrouver un peu de calme, un peu de dédramatisation de l'enjeu", explique-t-il. "Elles étaient crispées et ne jouaient pas à leur niveau", estime-t-il. "Il  y avait besoin de retrouver un petit peu de naturel. J'ai l'impression que les  derniers matches étaient une souffrance pour elles. On ne va pas tout gagner, mais on va essayer de moins souffrir qu'elles n'ont souffert."

Préparer avant tout les JO 2016

En l'absence de joueuses importantes comme Claudine Mendy ou Camille Ayglon, Portes a décidé d'appeler plusieurs jeunes, comme les talentueuses  Gonsiane Niombla (23 ans) et Grâce Zaadi (20 ans) qui seront chargées d'organiser le jeu de l'équipe. Il n'a pas tardé à imprimer sa marque sur ce jeu, apparu en préparation plus fluide que par le passé. Mais l'équipe reste trop neuve collectivement et trop inexpérimentée pour viser très haut en Serbie.

Sa mission est avant tout de préparer les JO-2016 à Rio. Il n'a donc pas fixé d'objectif précis, si ce n'est de sortir d'une poule qui comprend aussi le Monténégro, champion d'Europe en titre et l'un des principaux favoris avec la  Norvège, championne olympique et du monde en titre.

Gilles Gaillard

Championnat du Monde de Handball