Qatar france finale joie bleus 022015
La France championne du monde de hand pour la cinquième fois | AFP

Un cinquième titre mondial pour la France

Publié le , modifié le

L'équipe de France de handball est devenue championne du monde pour la cinquième fois de son histoire aux dépens du Qatar (25-22). Les Tricolores entrent dans l'histoire du sport en devenant les premiers à décrocher cinq titres mondiaux, vingt ans tout juste après le premier titre obtenu par les "Barjots". Et cerise sur le gâteau déjà bien garni, les Bleus sont qualifiés pour les prochains Jeux olympiques de Rio en 2016.

Les joueurs du Qatar entonnent leur hymne
Les joueurs du Qatar entonnent leur hymne

Naturalisés depuis peu pour la grande majorité d'entre eux, les joueurs du Qatar, main sur le cœur, entonnaient de manière la plus naturelle possible l'hymne de leur nation d'adoption. Après la Marseillaise reprise par plusieurs milliers de supporteurs français dans l'Usail Arena, cette 24e finale mondiale pouvait débuter. L'expérience des divers joueurs composant cette étonnante équipe permettait au Qatar de prendre les devants, Youssef Benali ouvrant la marque. Alors que Claude Onesta semblait inquiet, Nyokas décrispait les Bleus en égalisant rapidement.

Saric maintient les Qat​aris à flot

Les deux équipes se rendaient coup pour coup, et les Qataris durcissaient le jeu à l'image de Mabrouk qui écopait de deux cartons jaunes en l'espace de 12 minutes de jeu (4-6 pour les Bleus). Si Saric se montrait efficace, sa défense peinait face aux gros bras de l'équipe de France, à l'instar de N. Krabatic et Guigou (5-9, 16e). Roiné, autrefois champion du monde avec les Bleus, voyait quant à lui son tir puissant repoussé par Omeyer. Les hommes d'Onesta comptaient six buts d'avance (7-13, 23e). Mais peut-être trop sûrs d'eux, ils étaient moins efficaces sur les cages d'un brillant Saric et N. Karabatic se prenait même un jaune (9-13, 25e). Les Qataris revenaient ainsi à trois petits points avant la pause. 

Narcisse en grande forme face au Qatar
Narcisse en grande forme face au Qatar

Pour relancer son équipe, Onesta effectuait quelques changements avec les entrées en jeu de Barachet et Sorhaindo, mais les Qataris -soutenus par des supporteurs espagnols "sélectionnés pour assurer l'ambiance"- recollaient à un point (13-14) par l'intermédiaire de Mallash, auteur d'un trois sur trois en deux minutes. Buteur, Barachet se faisait passeur au profit de Porte et les Tricolores repartaient de l'avant (14-17, 35e). Avec "seulement" 21 % d'arrêts en première période, Omeyer essayait de soigner ses stats lors de cette deuxième période, mais les buteurs adverses restaient redoutables, à l'image d'un Madadi perforant les filets du portier français (16-18, 39e). Heureusement, la vivacité d'un Barachet donnait un peu d'air aux quadruples champions du monde. 

Sorhaindo tente sa chance
Sorhaindo tente sa chance

Une défense tricolore i​mpeccable

Conscient que ses troupes avaient besoin de sérénité, Onesta faisait entrer Fernandez, et le capitaine ne tardait pas à trouver le chemin des filets (19-21, 48e). Une interception de Porte
rassurait les supporteurs français qui sentaient monter une légère angoisse à dix minutes de la fin. Le coach espagnol Valero Rivera en profitait pour recadrer ses hommes, mais la défense tricolore restait impeccable. Capote s'illustrait de nouveau et ramenait les siens à deux points (22-24, 56e). Un poteau à trois minutes de la fin sauvait Omeyer, et Narcisse donnait une avance un peu plus confortable. Le final était extrêmement angoissant, mais à l'expérience, les Bleus gagnaient de précieuses secondes. Pourtant peu en verve lors de cette finale, Omeyer effectuait un arrêt déterminant (22-25, 59e). Les supporteurs français débutaient une Marseillaise et la France pouvait triompher une fois de plus. Les joueurs exultaient, et savouraient leur exploit qui marquera sans aucun doute plus d'une génération.

Vidéo : La réaction de Daniel Narcisse 

Romain Bonte