Claude Onesta Hand 012011
Claude Onesta | AFP - MIGUEL MEDINA

Onesta: montrer le "plus grand respect"

Publié le , modifié le

Claude Onesta, l'entraîneur de l'équipe de France de handball, estime qu'elle devra faire preuve du "plus grand respect" à l'égard de la Tunisie pour son premier match du Mondial, samedi à Granollers, en Catalogne.

L'équipe de France revient à Granollers, là où elle avait pris son envol  à l'occasion des JO de Barcelone en 1992. Qu'est-ce que cela vous inspire ?
"C'était le début de l'aventure d'une équipe de France qui joue les  premiers rôles. C'est vrai que c'est historique. En 20 ans, on est passé d'un  statut complètement en retrait à la nation qui domine le handball mondial. A  l'époque on était moins de 200.000 licenciés. On est 500.000 aujourd'hui. Donc  effectivement en 20 ans, il s'est passé beaucoup de choses. On est ici pour  écrire une nouvelle page à ce livre prestigieux."
   
La nouvelle formule, avec des 8e et quarts de finale, modifie-t-elle  votre manière d'aborder la compétition ?
"C'est toute la première partie de compétition qui change d'importance.  Avant on savait qu'il fallait entrer au deuxième tour avec des points, donc les  résultats contre les équipes qui allaient se qualifier avaient des  conséquences. Là, à la limite, vous pouvez entrer en 4e position et quand même  aller au bout."
   
Mais il n'est jamais bon de mal démarrer...
"Ce que vous avez raté dans les matches initiaux risque d'entamer votre  confiance, peut-être de fragiliser un peu les sensations qu'on a sur le jeu et  va aussi donner beaucoup de confiance à nos adversaires. On a vu à l'Euro que  dès que nos adversaires ont senti qu'on était fragilisé, qu'on était une proie  qui devenait facile, ils ont redoublé d'intensité. On peut être en difficulté,  mais il faut au moins continuer à envoyer une image de solidité, d'équipe en  progression."
   
Comment envisagez-vous le premier match contre la Tunisie ?
"Les Tunisiens disent à tous ceux qui veulent les entendre que ce n'est  pas le match sur lequel ils doivent miser, qu'ils vont le jouer de manière très  détachée. Et bien sûr ce n'est pas vrai. Ils vont le jouer à fond, car ça reste  pour eux un match référence, parce que c'est la France, qu'ils ont un  entraîneur français, que certains évoluent dans le Championnat de France."
   
Doit-on craindre cette équipe ?
"Peut-être que le fait que certains anciens se soient retirés ouvre à  plus de responsabilités et à des statuts plus conséquents pour certains  joueurs. C'est une équipe qui a beaucoup de qualités, qui est prête au combat.  Une équipe qu'il va falloir jouer avec le plus grand respect."
   
L'équipe de France a parfois, par le passé, eu du mal à entrer dans les  compétitions. Cela vous inquiète-t-il ?
"Parfois, à vouloir trop se positionner sur des échéances à moyen terme,  nous finissons par balbutier nos débuts de compétition. Donc, il va falloir  qu'on s'y mette vraiment. Si on les contient physiquement, voire si on est  capable de les secouer, on pourra se rendre le match un peu plus tranquille. Si  on les laisse croire à l'exploit et qu'on leur laisse la possibilité de nous  malmener, ils ne vont pas s'en priver."

AFP