Ludovic Fabregas et Valentin Porte en attaque
Ludovic Fabregas au poste de pivot dans la défense japonaise, sous le regard de Valentin Porte, symbole d'un turn-over conquérant en équipe de France | AFP - LOIC VENANCE

Mondial-2017 - L'équipe de France plie le Japon en faisant tourner l'effectif

Publié le , modifié le

Deux jours après son large succès contre le Brésil (31-16), la France a décroché un deuxième succès dans le Mondial-2017, face au Japon (31-19) à Nantes. Comme contre les Brésiliens, les entraîneurs tricolores ont fait tourner leur effectif, se passant notamment de Nikola Karabatic durant toute la première période. En revanche, son frère Luka s'est blessé au pied en 1re période (entorse de la cheville), remplacé par un Ludovic Fabregas brillant (7/7 aux tirs). Prochain match dimanche contre la Norvège, pour un test un peu plus important.

17-9 à la mi-temps contre les Japonais, après un 17-7 infligé deux jours avant aux Brésiliens. Sur le plan purement comptable, l'équipe de France n'a pas vraiment faibli entre ses deux premiers matches sur le Mondial. Car à l'arrivée, l'addition est restée presque la même. Mais dans les faits, c'est un peu différent. D'abord, parce que les Japonais étaient à -4 (12-8) après 20 minutes de jeu, alors que les Sud-Américains n'avaient inscrit que 4 buts après autant de temps. Plus accrocheurs, les Nippons ont profité de quelques errances tricolores, avec notamment 3 jets de 7m ratés conjointement par Guigou et Mahé​ en 1re période, mais aussi une défense moins intraitable que lors du match d'ouverture.

Nikola Karabatic ménagé, Luka Karabtic blessé

Il faut dire que l'équipe de France n'avait pas mis toutes ses forces dans la bataille. Nikola Karabatic était resté en réserve, sur le banc, durant toute ce premier acte, alors que son frère Luka, poutre de la défense, était contraint de le rejoindre après avoir été victime d'une blessure au pied en début de rencontre. Malgré ces deux absences, les Experts ont su faire la différence dans les dix dernières minutes, avec d'abord un but en force de Valentin Porte, qui était alors à (3/3), puis avec une grosse défense tricolore, magnifiée par un arrêt d'Omeyer. Remplaçant de Luka Karabatic au poste de pivot, Ludovic Fabregas profitait de deux services de Porte pour faire un trou dans la défense adverse. Pour conclure, Daniel Narcisse inscrivait son 2e but personnel, le 2e en dix minutes, pour donner cet avantage de +8 (17-9).

Après la pause, Nikola Karabatic, le patron, faisait son entrée, au même titre que Vincent Gérard dans le but, Guy-Olivier Nyokas ou Adrien Dipanda. Après cinq minutes, l'écart était passé à +11 (20-9), avec un Fabregas toujours aussi efficace (5/5 à ce moment-là). Bref, pour Didier Dinart et Guillaume Gille, tous les voyants étaient au vert. Pour le deuxième match de suite, ils pouvaient faire tourner leur effectif, donner du temps de jeu aux remplaçants et reposer les cadres, sans que l'efficacité s'en ressente. Les Japonais ont dû patienter neuf minutes pour faire trembler les filets tricolores.

Seule ombre: cette blessure de Luka Karabatic​, qui devra passer des examens. A priori, il serait victime d'une entorse de la cheville. Mais cette absence a permis à Ludovic Fabregas de s'illustrer (7/7 au total), et aux entraîneurs de voir en lui un atout supplémentaire. Dans le but, après son 14/21 contre le Brésil, Thierry Omeyer s'est fendu d'un 6/15, pratiquement comme Vincent Gérard (6/16).

Désormais, cap sur la Norvège, qui avait battue la France lors de l'Euro-2016, en Pologne. C'était il y a un peu plus d'un an, mais cela reste dans les mémoires.

Les vice-champions du monde qataris vaincus d'entrée

Vice-champion du monde surprise voici deux ans, le Qatar a subi une véritable désillusion pour son entrée en lice. Avec une équipe moins internationale qu'en 2015, les Qataris ont chuté face à l'Egypte (22-20). Les hommes de Valero Rivera ont déçu, butant sur le portier égyptien Karim Hendawy, dans un grand jour et auteur de 14 arrêts dans la partie sur 29 tirs. Rivera a d'ailleurs demandé à ses joueurs de rentrer immédiatement au vestiaire après la rencontre pour une analyse à chaud de ce revers.

"Il nous a dit que l'on a joué avec trop de pression, et que ce n'était qu'un match de hand. On est là pour se faire plaisir et ne pas jouer notre vie à chaque fois que l'on va tirer", a expliqué l'arrière gauche du Qatar, Bertrand Roiné, champion du monde en 2011 avec la France. Avec 4 échecs sur 7 tentatives aux jets de 7m, le Qatar s'est mis en difficulté. Et dans la poule des Danois, champions olympiques, mais aussi de la Suède ou de l'Argentine, ce faux-pas pourrait être fatal. 

Résultats

Groupe A
Japon - France 19-31

Groupe C
Bélarus - Chilie 28-32
Allemagne - Hongrie 27-23
Croatie - Arabie Saoudite 28-23

Groupe D
Qatar - Egypte 20-22
Suède - Bahrein 33-16
Danemark - Argentine 33-22