Alexandra Lacrabère
L'une des armes offensives de l'équipe de France, Alexandra Lacrabère | AFP - ANDREJ ISAKOVIC

Les Françaises se promènent (27-10)

Publié le , modifié le

Après avoir dominé la RD Congo (31-13) lors de leur premier match du Mondial, les Françaises ont cette fois assomé la République dominicaine (27-10). Les filles d'Alain Portes n'ont jamais été en danger, n'encaissant que quatre buts en première période. Mais elles n'ont pas non plus brillé de mille feux. L'équipe de France a désormais une journée de repos avant d'affronter les Pays-Bas, mardi, et surtour le Monténégro, mercredi. Elles sont presque en 8e de finale.

Deux matches et 58 buts inscrits pour 23 encaissés. Voilà le premier bilan de l'équipe de France après ses deux premiers matches dans le Mondial en Serbie. Mais ce décompte ne peut pas faire oublier que le niveau développé n'est pas encore une garantie de titre. Loin de là. Après les Congolaises, ce sont les Dominicaines qui ont servi de victimes aux Bleues. Au terme de la première période, Alain Portes, le nouveau sélectionneur, pouvait juste se réjouir de n'avoir encaissé que quatre buts. En revanche, le jeu tricolore était bien terne. Face à une formation qui disputait son deuxième Mondial, l'attaque française a semblé sans fil conducteur.

Les Françaises  sont d'abord apparues complètement apathiques, vidées de toute énergie et pas  bien motivées, dans un match sans rythme ni engagement. Entre tirs faciles ratés, passes dans les chaussettes, fautes offensives,  rien n'a fonctionné en première période, Alain Portes, le nouveau  sélectionneur, ayant bien du mal à cacher sa frustration et son agacement sur  le banc. A la pause, le score était ridicule (10-4). Les Dominicaines, avec une  équipe composée uniquement de joueuses évoluant dans leur pays, avaient été  écrasées par les Pays-Bas (21-44) lors de leur premier match.

Avec un sept rajeuni, les Bleues ont redressé la tête après la pause. Le  ballon a un peu mieux circulé en phase offensive, et les prises d'initiatives  individuelles ont été plus franches, avec une Cissé intéressante sur son poste  d'arrière droite. La France a vite doublé son pécule de buts (5-20, 48e) et a continué à  serrer les rangs en défense, pour finir sur un score qui, sans être  extraordinaire, sauve un peu les apparences.

Réactions

Alain Portes (sélectionneur de l'équipe  de France) : "C'était compliqué. Comme la dernière fois, on a commencé en étant  crispé, en ratant des choses simples et en ne montrant pas aux arbitres qu'on  était bien plus fort. Ca a mis le doute un peu dans les esprits. Il a fallu  attendre la mi-temps pour rectifier le tir. Et après le score s'est fait  logiquement. Vivement que le vrai Mondial commence. Les jeunes ont vu et  entendu ce qu'il fallait faire et ne pas faire. Donc elles ont joué juste.  Paule Baudouin s'est libérée. Ce sont des matches qui peuvent juste nous mettre  dans un mauvais rythme pour aborder les autres matches. De toute manière on  gagne, qu'on joue bien ou mal, donc ce n'était pas très instructif.  L'entraînement de ce matin était bien meilleur que le match de cet après-midi.  Quand on est entre nous, il y a du rythme. Donc demain, à l'entraînement il va  falloir qu'on se mette au diapason. Parce que, ce que je vois de nos  adversaires, c'est vraiment du sérieux. On n'a pas de blessée c'est la grande  satisfaction."
   
Grâce Zaadi (demi-centre de l'équipe de France) : "On a eu du mal à rentrer  dans le match. On a perdu beaucoup de ballons. Il y a des ballons qu'on n'a pas  mis au fond du but. Il y a aussi un arbitrage particulier. C'était un peu  délicat. L'attaque n'a pas été fameuse. Et en deuxième mi-temps, on est revenu  avec plus de rigueur et d'application. On a su se ressaisir. Donc c'est ce  qu'on va garder, cet état d'esprit là de ne jamais rien lâcher et de jouer  jusqu'à la 60e minute."
   
Gnonsiane Niombla (demi-centre de l'équipe de France) : "Ca a été très  difficile. On a commencé avec un faux rythme, avec des arbitres qui ne nous ont  pas aidées. Nous ne nous sommes pas aidées nous-mêmes, parce qu'il y a eu  beaucoup de pertes de balle, beaucoup d'approximations. Heureusement qu'on a eu  à peu près une bonne défense pour ne pas prendre l'eau. Mais on a eu du mal à  imposer notre rythme. Elles nous ont endormies. Alain nous donne les rênes (les  jeunes, Ndlr), et on ne veut pas le décevoir. On essaie de mettre beaucoup  d'agressivité en défense. Ca nous donne beaucoup de confiance pour plus tard."

Championnat du Monde de Handball