Qatar - Allemagne
Le Qatari Rafael Capote face à la défense allemande | AFP - KARIM JAAFAR - AL-WATAN DOHA

Le Qatar sort l'Allemagne et file en demie!

Publié le , modifié le

En battant l’Allemagne (26-24) au terme d’un duel étouffant, le Qatar s’est qualifié pour le dernier carré de "ses" Mondiaux de handball. Porté par un incroyable Danijel Saric dans les buts, le pays-hôte affrontera la Pologne en demi-finale.

Sous les yeux du cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, l'émir du Qatar  applaudissant à n'en plus finir, et devant une salle de 15.000 places en feu, le Qatar a écrit un moment d'histoire. Le petit émirat du Golfe, qui cherche à se faire une place sur la scène sportive internationale, a outrepassé ses ambitions de départ avec cette place de demi-finaliste.

Saric décisif

Le meilleur résultat du Qatar en handball était une 16e place au Mondial 2003. Cette équipe composée de seulement trois joueurs nés au Qatar, les autres étant des naturalisés issus de sept nationalités, est assurée de faire bien mieux. Elle peut même maintenant rêver à une place en finale, car la Pologne, qui retrouve des demi-finales mondiales, après sa place de finaliste en 2007 et sa médaille de bronze en 2009, n'apparaît pas comme un obstacle insurmontable.

Le Qatar a créé les conditions de ce succès dans les trente premières minutes, où ils ont outrageusement dominé les Allemands, grâce à leur pivot d'origine espagnole Borja Vidal (16-9, 26e). Les Allemands, qui n'ont plus atteint les demi-finales d'un Mondial depuis 2007, ont mieux fini cette première mi-temps et sont même revenus tout près (19-20, 39e), avec l'entrée de leur deuxième gardien Silvio Heinevetter. Mais les Qataris sont restés solides en défense, et ont trouvé avec le Cubain d'origine Rafael Capote le joueur pour les maintenir en vie (22-20, 44e). Le gardien Danijel Saric, considéré comme l'un des meilleurs au monde à son poste, a ensuite pris le relais, avec trois arrêts dans les deux dernières minutes, dont deux somptueux, pour assurer la victoire du Qatar. 

La Pologne, parole à la défense

Mal partie, la Pologne est elle revenue grâce à sa grande détermination en défense, pour passer devant juste avant la pause (12-10). Le demi-centre Domagoj Duvnjak, le meilleur joueur mondial de l'année 2013, inexistant dans les trente premières minutes, est ensuite sortie de sa coquille pour remettre la Croatie aux commandes (17-14, 42e). Mais les Polonais n'ont pas renoncé. Ils ont encore durci leur défense et leur gardien Slawomir Szmal a multiplié les exploits (12 arrêts) pour les envoyer au paradis.