Dragan Gajic
Dragan Gajic, le meilleur buteur des Mondiaux, affronte les Bleus ce mercredi | MARWAN NAAMANI / AFP

France-Slovénie : La défense tricolore face au défi Gajic

Publié le , modifié le

Étouffante face à l’Argentine il y a deux jours, la défense française se frottera à un phénomène d’un autre genre, ce mercredi en quart de finale des Mondiaux (19h00) : Dragan Gajic (30 ans), le meilleur buteur du tournoi (52 réalisations). Dans son sillage, c'est sans complexe et "avec le cœur" que la Slovénie ira chercher l'exploit face aux Bleus.

En atteignant le stade des quarts de finale, les Slovènes ont déjà gagné leur Championnat du monde. A l’issue d’un duel accroché, dimanche face à la Macédoine (30-28), ils ont non seulement fait leur grand retour sur le devant de la scène internationale -après avoir échoué à se qualifier pour l’Euro 2014- mais se sont aussi et surtout rapprochés des Jeux de Rio. Une immense consécration pour cette génération brillante (4e des derniers Mondiaux) mais incapable de confirmer dans la foulée, et qui n’a jamais vécu d’expérience olympique. "Maintenant, on va jouer avec le cœur, on va être difficile à battre", prévient ainsi Dragan Gajic.

L’ailier droit de Montpellier plane pour l’instant sur ces Mondiaux, dont il est le meilleur buteur (52 réalisations en six matches). Face au Bélarus, lors des phases de poules, il avait terminé la rencontre sur un fantastique 15 sur 17 aux tirs. "Même si je rate quelque chose de facile, deux, trois ou quatre fois dans le match, l'équipe garde confiance en moi", se félicite le trentenaire. En Français, évidemment, car depuis son arrivée dans l’Hérault, en 2011, Gajic a fait de l’Hexagone sa deuxième maison. Physiquement (il a perdu plusieurs kilos ces dernières années), mais aussi mentalement, la LNH l’a beaucoup changé. "Je suis beaucoup plus décontracté que mes coéquipiers en sélection, assure-t-il. Quand tout le monde est un peu tendu, moi, je parviens à rester tranquille. C’est Patrice (Canayer, le coach de Montpellier) qui m’a appris cela".

"Ce n'est qu'un match. Soixante minutes"

Très fiable au tir, redoutable au contre, il est le métronome de la sélection slovène, qui forme à Doha un collectif au très fort potentiel offensif. "En défense, il va falloir qu’on ait la justesse et la précision de ce qu’on a fait lundi, prévient Onesta. Ca reste une équipe un peu sur le modèle de l’Argentine, avec le calibre au-dessus, la variété en plus, une profondeur de banc plus conséquente". Et beaucoup de joueurs ‘français’ : huit évoluent en effet dans le championnat hexagonal, dont quatre à Montpellier. Gajic a ainsi côtoyé Thierry Omeyer l’an passé, et Michaël Guigou et Mathieu Grébille cette saison. "On s’est vu avant le match contre la Suède, avec Mika, et il m’a dit : ‘Allez, on se voit en quarts’, sourit le pilonneur slovène. Ça va être un match spécial".

Gajic concède sans mal qu’il craint le handball "physique" des Experts ("on n’aime pas trop ça, on joue plus sur la tactique, la rapidité"), mais il croit que l’exploit est largement possible. "L’équipe qui va donner le tempo du match va gagner, prévient-il. La France a plus d’expérience, elle a plus de qualités que nous. Mais ce n’est qu’un match. Soixante minutes. On va jouer relâché, avec le cœur, pour la famille". Les Bleus eux, vont jouer pour le titre.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer

Championnat du Monde de Handball