Claude Onesta
Claude Onesta | JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Onesta : "Du génie en réserve"

Publié le , modifié le

Pour le sélectionneur de l'équipe de France messieurs de handball Claude Onesta, le titre de champion d'Europe 2014 conquis en finale dimanche face au Danemark a "une vraie valeur ajoutée" par rapport aux autres car l'équipe partait "de plus loin".

Vous vous attendiez à un tel match?
Claude Onesta : "J'ai l'habitude de ces Euros où des équipes survolent la compétition. Le premier moment difficile est souvent un moment de chute, quand une équipe ne s'est pas construite dans la difficulté. Même si en demi-finale, les Danois ont  eu un match accroché (contre les Croates), ils n'ont jamais été réellement en difficulté. Tout d'un coup, la pression du public est devenue négative. On a vu certains joueurs perdre complètement leur niveau de jeu. Leur gardien Niklas Landin fait une prestation dramatique. A partir de là, on prend l'écart au score de manière conséquente. Ensuite, on avait trop d'expérience pour les laisser reprendre leur souffle. Ils étaient sous l'eau et on a fait en sorte de les y maintenir. Dans les dix dernières minutes, il fallait juste attendre que cela se termine."
   
Votre équipe revient de loin. Vous y croyiez vraiment à ce titre?
C.O. : "Je croyais à la victoire, mais jamais je n'ai imaginé un scénario de ce type, sinon j'aurai été bon à enfermer. On l'a toujours eu le titre en tête et on s'est dit que si on pouvait le prendre, on ne le laisserait pas passer. On savait aussi que cela pouvait s'arrêter avant, que l'on avait des manques. Quand on voit le match que l'on vient de faire, on a peut-être la sensation que  je suis un menteur. C'est aussi un match qu'on a géré avec un groupe qui s'est  réduit au fil de la compétition. Ce groupe-là a été solide. Aucun joueur n'a été en deçà de ses capacités. J'imaginais que Valentin Porte (le plus jeune du sept de départ) aurait pu rater sa finale en raison de la pression mais il a été opérationnel. Ce que l'on a construit a fait que l'on s'est resserré dans les moments en difficulté. Progressivement, on s'est renforcés et sentis de  plus en plus costauds, capables de défier et de battre les meilleurs."
   
Quelle a été votre recette?
C.O. : "Je pense que l'on peut faire confiance aux joueurs, être en relation d'échange avec eux. Pour gagner des titres, il n'y a pas besoin d'être un tyran et de hurler toute la journée."
   
Que représente ce trophée par rapport aux autres?
C.O. : "Il a une vraie valeur ajoutée. Les autres se sont enchaînés presque normalement même si en nous, on avait toujours conscience de la difficulté. Là, on est parti de beaucoup plus loin et c'est vrai que cette sensation d'éloignement, par moment, nous créait beaucoup de doutes. Au premier tour, la sensation de doute était réelle. On savait que l'on pouvait rater nos trois premiers matches et nous mettre très nettement en difficulté. Il fallait capitaliser sur de la confiance. C'est ce que l'on a réussi à faire. On ne s'est pas affolés, on n'a pas cherché à vouloir aller plus vite ou à perdre notre humilité. On est restés très appliqués, très concentrés. On savait qu'il y avait du talent et du génie en réserve et qu'il suffisait de les asseoir sur un socle solide: la défense et les attaques rapides."

Vidéo : Les réactions  de Claude Onesta et Thierry Omeyer

Voir la video