Thierry Omeyer
Le gardien de but français, Thierry Omeyer | AFP - JONATHAN NACKSTRAND

Omeyer aux anges

Publié le , modifié le

Après trois mois d'arrêt, et quelques minutes de jeu dans les jambes, Thierry Omeyer a pu contribuer au succès de la France sur la croatie (27-25) à l'Euro. Décisif, le portier emblématique des Bleus n'en revenait pas: "Je ne m'attendais pas à faire un match comme celui-là, après trois mois d'arrêt. Je suis vraiment content d'avoir pu valider le travail de ma défense, d'avoir aidé mes coéquipiers."

- Votre prestation (11 arrêts sur 23 tirs) a grandement contribué au  succès des Bleus. Vous attendiez-vous à revenir à ce niveau si vite?
Thierry Omeyer:
"Je ne m'attendais pas à faire un match comme celui-là, après trois mois  d'arrêt. Je suis vraiment content d'avoir pu valider le travail de ma défense,  d'avoir aidé mes coéquipiers. Maintenant, il faut que cela continue, mais c'est  dur. L'intensité physique des matches, cela ne se travaille pas à  l'entraînement. Même si on bosse physiquement, on se rend pas compte à quel  point c'est encore plus dur en match. Je suis surtout heureux de l'intensité  que l'on a mise et que l'on ait réussi à bloquer Domagoj Duvnjak (le  demi-centre croate), leur joueur clé. On a fait un gros, gros match de défense.  On savait que c'était la clé de la victoire contre eux."
   
- Avez-vous ressenti l'état de grâce durant ce match?
T.O.:
"Je ne sais pas. Franchement, on a très bien défendu donc cela m'a  permis de toucher des ballons derrière et de prendre l'ascendant psychologique  sur les tireurs. J'ai essayé de le garder le plus longtemps possible. Ils  avaient des situations favorables. Il fallait bien lire leurs contre-attaques.  Cela s'est bien passé. Je suis vraiment content de ce match. Cela valide tout  le travail effectué en amont".
   
- L'équipe de France est maintenant dans une situation très favorable  après cette victoire...
T.O.:
"C'était vraiment important de gagner ce match. On a fait un bon pas  vers les demi-finales. Mais on sait qu'il va falloir maintenant confirmer ça.  Il va falloir aller chercher encore des points si l'on veut se qualifier.  Maintenant, on va essayer de récupérer pour préparer le match suivant contre le  Bélarus (mardi). C'est un adversaire de qualité qui aurait presque dû s'imposer  contre la Pologne (30-31). Donc on s'attend encore à une rencontre difficile."

AFP