Nikola Karabatic
Nikola Karabatic a inscrit 9 buts en première période face à la Biélorussie | ATTILA KISBENEDEK / AFP

Nikola Karabatic: "J'étais fâché contre moi-même"

Publié le , modifié le

"Fâché" contre lui-même après la défaite face à la Pologne mardi, Nikola Karabatic était satisfait de sa réaction contre la Biélorussie jeudi à Cracovie, où il a retrouvé l'efficacité en attaque (9 tirs, 9 buts!) qui le fuyait depuis le début de l'Euro.

Votre prestation vous a-t-elle rassuré?
Nikola Karabatic : "On joue et on gagne en équipe. Mais j'étais quand même fâché contre moi-même d'avoir fait un très mauvais début de match contre la Pologne et de ne pas avoir mis l'équipe sur les bons rails pour gagner. Malgré tout, on en avait l'opportunité. Ce soir, je suis content d'avoir montré un autre visage et d'avoir beaucoup apporté à mon équipe. Le plus important, c'est la manière dont on a défendu et la manière dont les gars, Luka (Karabatic), Cédric (Sorhaindo), Valentin (Porte) et Kentin (Mahé), se sont battus. C'était très bien."

On sent que vous aviez besoin de retrouver du rythme...
N.K. : "On a changé de défense et je me suis retrouvé à défendre à l'aile. Je n'y suis pas habitué, mais cela m'a permis de m'épargner un peu plus. J'ai pu pousser un peu plus le ballon. Ce système défensif avait failli nous sourire contre la Pologne. Même si on n'a pas bien joué, l'important c'était de se battre. On l'a perdu mais sans perdre confiance dans notre jeu, comme on a pu le montrer aujourd'hui. Le pire aurait été de perdre confiance, parce qu'on fait de très bonnes choses depuis le début."

Vous avez aussi retrouvé de l'efficacité en attaque (9/9). C'était important pour vous?
N.K. : "Bien sûr. C'était important pour moi. Quand j'ai revu mes précédents matches, je me suis rendu compte que je jouais beaucoup pour les autres, pour attirer deux joueurs et libérer de l'espace. J'avais peut-être un peu délaissé le scoring. J'avais envie de changer ça et d'être plus dangereux ce soir en prenant plus de responsabilités sur le tir. Mais je ne voulais pas non plus prendre des tirs forcés comme contre la Pologne."

Championnat d'Europe de Handball