Les gros au rendez-vous du deuxième tour de l'Euro 2014

Publié le , modifié le

Le Danemark, la Norvège, la Hongrie et l'Espagne, grosses cylindrées du handball féminin, ont tous assuré leur qualification pour la deuxième phase de l'Euro-2014, ce mardi au terme de la deuxième journée du tour préliminaire en Hongrie. La Norvège, championne olympique et finaliste sortante, et la Hongrie, ont facilement dominé respectivement l'Ukraine (34-23) et la Pologne (29-23), à la différence de l'Espagne qui a dû batailler pour venir à bout (25-24) d'une sélection russe en plein renouveau.

Le Danemark est lui passé tout proche d'un faux pas contre de valeureuses  Roumaines. La pivot Susan Thorsgaard a arraché l'égalisation (29-29) à deux  secondes de la sonnerie. Jusque-là, les joueuses de Jan Pytlick, poreuses en défense, avaient vécu  un enfer devant la fougue d'Adriana Tacalie et Cristina Neagu (10 buts chacune). Cette dernière, désignée meilleure joueuse du monde en 2010, a redonné  l'avantage aux siennes (27-26) à cinq minutes de la fin. L'arrière de  Buducnost, déchaînée, en a remis une couche (29-27) à moins de deux minutes du  gong face à une défense scandinave aux abonnés absents. Mais les Danoises ont  réagi in extremis. 

La Norvège, leur prochain adversaire jeudi, a signé sa deuxième victoire en  surclassant les Ukrainiennes. Et ce malgré l'absence de sa gardienne Kari  Aalvik Grimsbo, indisponible au moins jusqu'à la fin du premier tour à cause  d'une blessure au ménisque du genou droit contractée lors du premier match  dimanche contre la Roumanie. La Hongrie n'a pas eu trop à forcer son talent non plus contre la Pologne,  à mille lieues du visage séduisant affiché lors du Mondial-2013 où elle avait  terminé quatrième. Après cette deuxième défaite, les partenaires de Karolina Kudlacz, la seule  à avoir surnagé (7 buts), sont au bord de l'élimination. Elles devront  impérativement s'imposer jeudi contre la Russie pour continuer l'aventure. La Hongrie essaiera quant à elle de confirmer ses bonnes dispositions face  à l'Espagne, auteure jusqu'ici d'un sans-faute, avec pour enjeu la tête du  groupe A.

AFP