Didier Dinart Claude Onesta
Didier Dinart et Claude Onesta | AFP

Les Experts en mode autocritique

Publié le , modifié le

Toute remise en question est bonne à prendre. L'accroc des Bleus, éliminés mercredi de l'Euro 2016 en Pologne, doit servir selon le directeur technique national du handball Philippe Bana. Le sélectionneur Claude Onesta lui a emboîté le pas, reconnaissant du "flottement dans le fonctionnement du staff".

Ils sont humains les Experts ! Toutes les séries ont une fin, même les plus belles. Alors pour que tout redémarre que les Bleus conservent leur titre olympique, il convient d'analyser les raisons de l'échec de l'Euro polonais et ses deux matches perdus contre la Pologne et la Norvège. "Il faut vraiment tirer les enseignements d'une petite claque que l'on a prise ici, parce que ces deux matchs étaient gagnables. Je veux que l'on  comprenne pourquoi" les Français ont subi ces deux défaites, a expliqué le DTN. "Tout le monde peut se dire que cela reste un très bel exercice, que c'est  un mal pour un bien... On peut se raconter plein d'histoires, sauf que devant  nous il y a les Jeux de Rio (5-21 août). Ce tunnel vers les Jeux puis le  Mondial-2017 (en France) nous oblige à un peu de remise en question. Ce serait  bien qu'on le fasse", a-t-il souligné. Le DTN prend comme exemple l'horrible Euro 2011 achevé à la 11e place. Après un travail d'introspection, les Experts avaient retrouvé le plus haut niveau et avaient remporté les JO à Londres. "On va se regarder dans la glace comme des grands et on va se dire que l'on  va se retrousser les manches, parce que si on continue à faire les mous, on va dans le mur, assure Philippe Bana. On n'est pas durs mais juste obsédés par l'excellence."

Onesta et Dinart ne se sont pas trouvés

Dans le staff, l'autocritique n'a pas tardé. Entre Claude Onesta et son adjoint Didier Dinart, tout n'a pas été parfait. "Dans le fonctionnement du staff, il y a aussi du flottement, des choses à dire et donc des choses à corriger", a indiqué Onesta. "Il y a la semaine de l'entraînement et le match. A partir du moment où on  change un peu ceux qui les tiennent et les mènent, il y a forcément des choses inhabituelles et un temps d'acclimatation", a souligné le sélectionneur des Bleus. Afin de préparer au mieux sa succession, Onesta avait donné plus de responsabilité à Dinart sur cet Euro. "Par moments, on s'est cherché et on n'est pas trouvé, a-t-il reconnu. C'est compliqué parce qu'il faut que j'arrive à laisser un  espace pour que Didier puisse prendre pleinement la situation en main. J'ai vu  des choses que j'aurais aimé pouvoir partager avec lui mais il était déjà  engagé dans une option contraire. Mais c'est le propre des gens qui essaient. Si on veut que les gens prennent les rênes, il faut les leur laisser. Si vous les tenez en même temps qu'eux, il y a un côté ridicule à la situation." Le staff a six mois pour trouver la bonne formule sans exclure toutes les hypothèses. "Si cela va mieux en faisant différemment, on n'hésitera pas à le faire", a-t-il conclu. 

Championnat d'Europe de Handball