France-Espagne
France-Espagne. | JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Les Bleus sont en finale !

Publié le , modifié le

Au bout du suspense, l’équipe de France est venue à bout de l’Espagne et se qualifie pour la finale des Championnats d’Europe de Handball. Après un début de match sur les chapeaux de roue, les Bleus se sont relâchés avant de se remettre à l’endroit pour l’emporter sur le fil.

Et encore une finale ! Déjà quadruple championne du monde en titre, l’équipe de France a décroché son billet pour la finale de l’épreuve en prenant le meilleur sur l’Espagne (30-27). Mais que ce fut dur. Idéalement lancée (7-2, 12e), la France a connu un relâchement coupable qui lui a coûté un handicap de deux buts à la pause. Mes ces Bleus ne sont pas la meilleure équipe de France de l'histoire des sports collectifs pour rien et elle l'a prouvé en démarrant tambour battant la seconde période, qu'elle a traversé en tête malgré plusieurs infériorités numériques. Les Bleus rencontreront pour la médaille d'or le Danemark, tombeur de la Croatie (29-27). La finale sera diffusée dimanche à 17h30 sur francetvsport.fr et France 2

Rapidement dépassés par la maîtrise des Bleus, les joueurs ibériques ont mis du temps à rentrer dans le match. Asphyxiés par la défense tricolore, ils butaient sur un Thierry Omeyer héroïque, auteur de cinq arrêts sur six tirs au  bout de 10 minutes. A la 16e, les Français bénéficiaient encore d'une bonne avance (10-5). C'est ce moment que choisi le sélectionneur Claude Onesta pour procéder à des changements en sortant notamment le pivot Cédric Sorhaindo et les ailiers Luc Abalo et Guigou. La défense perdait  ses repères et se heurtait au réveil de la Roja, impulsé par Joan Canellas, auteur de cinq buts en moins de 10 minutes. Lui et ses partenaires réalisaient un 8-1 pour prendre les commandes à la  pause (12-14). Un autre match commençait. 

Porte flambe 

Au retour des vestiaires, le sélectionneur français remettait son sept de  départ sur le parquet. Et la mayonnaise reprenait. Les Bleus infligeaient un  6-1 à leurs adversaires, conclu par Narcisse (18-17). Grand bonhomme de la partie, Valentin Porte a illuminé le match de son talent. Meilleur buteur de son équipe (7/8), le petit nouveau s'est même payé le luxe d'inscrire deux roucoulettes à des moments cruciaux. 

En infériorité numérique après les exclusions temporaires de Nikola Karabatic et de Daniel Narcisse, les Bleus parvenaient à tenir la baraque grâce à Cyril Dumoulin. Entré à la place d'Omeyer, le portier réalisait deux arrêts, dont l'un sur penalty, face à Canellas. Suffisant pour porter la France jusqu'en finale. 

Vidéo : résumé de la demi-finale face à l'Espagne

Voir la video

Victor Patenôtre