Camille Ayglon
La Française Camille Ayglon | YASUYOSHI CHIBA / AFP

Euro: les Bleues défient l'Islande

Publié le , modifié le

Trois mois après la déception du Mondial, les handballeuses françaises repartent de l'avant avec l'occasion d'assurer leur place pour l'Euro 2014 en cas de succès sur l'Islande, mercredi à Reykjavík et samedi à Limoges. En tête du groupe 2, les Bleues ont fait un premier pas vers le Championnat d'Europe organisé du 7 au 21 décembre en Hongrie et en Croatie, en remportant leurs deux matches inauguraux face à la Finlande et la Slovaquie.

Le sélectionneur Alain Portes "aimerai(t) régler le problème de la  qualification" dès cette semaine, avant même de disputer les deux derniers  matches en juin. Ce scénario permettrait au successeur d'Olivier Krumbholz de continuer à  préparer l'avenir avec "davantage de sérénité" et "moins dans l'urgence du  résultat", lui qui s'est vu confier pour mission d'apporter une première  médaille olympique au handball féminin.

L'ancien international, médaillé de bronze lors des JO-1992 avec les  "Barjots", a participé à sa première grande campagne avec les Bleues lors du  Championnat du monde en Serbie en décembre.    Après six victoires - dont l'une contre le Monténégro, champion d'Europe en  titre - qui laissaient entrevoir la possibilité d'un nouveau podium, la France  s'était inclinée en quarts de finale face à la Pologne (21-22) en balbutiant  son handball. Pour Alain Portes, ce revers a tout simplement montré les lacunes existant  dans l'équipe, à savoir un manque d'adresse dans les passes, des problèmes dans  les mouvements collectifs et des insuffisances dans la maîtrise tactique.  "Aujourd'hui, je me sers de cette défaite pour les faire progresser",  souligne-t-il.

Le retour de Camille Ayglon

L'ancien sélectionneur de l'équipe masculine tunisienne, qui a su séduire  son groupe par son flegme aux antipodes du tempérament de feu de son  prédécesseur, souhaite garder la même posture tout en se montrant "plus ferme  sur les erreurs" de ses joueuses. Face à l'Islande, le natif de Béziers a convoqué le même effectif que lors  du Mondial auquel il y a ajouté l'arrière expérimentée Camille Ayglon, de  retour après un congé maternité. Il a aussi choisi de partir avec trois  gardiennes, Amandine Leynaud ayant montré des signes de fatigue. 

En théorie, l'Islande, qui n'a jamais obtenu mieux que la 12e place au  Championnat du monde (2011) et la 15e place à l'Euro (2012), ne devrait pas  poser trop de problèmes aux Tricolores. La France n'a plus perdu contre la  sélection nordique depuis 1988 et a remporté leurs neuf derniers duels. Privée de ses deux gardiennes titulaires, l'Islande, si elle "manque  parfois de vitesse et de puissance", n'en reste pas moins un équipe "très  disciplinée", "solide techniquement et tactiquement". L'adversaire des Tricolores possède aussi quelques bonnes joueuses comme la  demi-centre Karen Knutsdottir, qui "guide bien le jeu" et peut se montrer  dangereuse sur les tirs de loin.

Le programme des Bleues (en heure française)

Mercredi:
(20h30) A Reykjavík, Islande - France
Samedi:
(17h30) A Limoges, France - Islande

AFP