La joie de l'équipe de France
La joie de l'équipe de France | FRANCK FIFE / AFP

Euro féminin de hand : La France revancharde pour marquer l'histoire

Publié le , modifié le

Championnes du monde en titre, les filles d’Olivier Krumbholz sont, ce soir à Paris-Bercy, à 60 minutes d’accrocher une nouvelle médaille d’or à leur cou. Celle de championne d’Europe jamais acquise. Mais pour y parvenir il faudra faire face à des Russes redoutables, contre qui les Françaises ont plus d’une revanche à prendre.

Rentrer dans l’histoire ! Face à la Russie, 17h30 ce soir, dans une salle de Paris-Bercy acquise à sa cause, l'équipe de France est là où elle s'était donnée rendez-vous : en finale du championnat d’Europe. Et pas n’importe laquelle, celle de son Euro, et la première de son histoire.

"On va leur montrer ce que c'est que d'être professionnelles"

Battues en finale des Jeux Olympiques en 2016, et battues lors du match d’ouverture de cet Euro à Nancy, les Françaises connaissent parfaitement cette équipe Russe contre qui elles ont buté. Et comme si la défaite n’avait pas assez remonté le groupe tricolore, les Russes, très vicieuses, ont tenté de mettre des bâtons dans les roues aux Françaises. La défaite russe contre la Suède pour mettre la pression sur les Bleues, obligées de gagner contre la Serbie pour se qualifier en demies, n’a pas été du goût d’Olivier Krumbholz qui "n’a pas apprécié".

Rien de mieux pour booster des Bleues "revanchardes" comme l'expliquait Camille Ayglon-Saurina après la victoire en demi-finale face au Pays-Bas. Un avis plus que partagé par l'autre taulière tricolore, Alexandre Lacrabère, qui n'a pas caché sa détermination. "Je ne pense plus à ce dernier match à Nancy. Dans cette compétition, elles n'ont pas joué le jeu à fond. Elles perdent de neuf buts contre la Suède, elles lâchent très clairement le match. Ce n'est pas fair-play. Je pense que ça va se retourner contre elles. On va leur montrer ce que c'est que d'être professionnelles sur un terrain de handball." Le ton est donné. 

Pauline Coatanéa :"Hâte de rejouer la Russie"

Retrouver la Russie en finale est tout sauf une surprise pour les Bleues. "Elles développent un jeu tellement millimétré, avec des joueuses de grande classe, que je ne les voyais pas s'arrêter à mi-parcours. Elles ont cette facilité d'accélérer quand elles veulent", analyse la patronne de la défense, Béatrice Edwige.

Nze Minko/Vyakhireva, duel de buteuses pour un titre de MVP

Car parmi les joueuses à surveiller, il y a la MVP des Jeux Olympiques en 2016. Celle qui avait déjà fait tant de mal aux Bleues, et qui récite son handball à la perfection depuis le début de l’Euro : Anna Vyakhireva. "Il va falloir les faire déjouer et trouver les clés, analyse Olivier Krumbholz. Elles ont au moins deux joueuses, Dimitrieva et Vyakhireva qui posent des problèmes insolubles à tout le monde."

En effet, en demi-finale contre la Roumanie, l’arrière gauche a une nouvelle fois fait parler sa classe et sa vitesse d’exécution avec une main gauche diabolique (13 buts à 76%).

à voir aussi Euro féminin de hand : Estelle Nze Minko, comme une rock-star Euro féminin de hand : Estelle Nze Minko, comme une rock-star

Si le collectif français, avec les nombreuses rotations du sélectionneur apportant un danger permanent, est l’une des forces majeures de cette équipe, en attaque les Bleues pourront aussi s’appuyer sur Estelle Nze Minko. Irrésistible depuis le début du tournoi, l’arrière gauche "marche sur l’eau" pour Krumbholz. Avec 35 buts inscrits depuis le début de l’Euro, la Nantaise tourne à 85% de réussite après sept rencontres. Soit le meilleur ratio de la compétition.  

Match dans le match, Nze Minko et Vyakhireva sont à la lutte pour décrocher le titre de meilleure joueuse du tournoi. Mais avant d'atteindre la distinction individuelle, il faudra aller chercher le titre européen avec son équipe. Un sacre que les Championnes du monde et les Championnes olympiques n’ont encore jamais remporté.

Nze Minko :"Redoubler d'effort"

Championnat d'Europe de Handball