Euro de handball 2020 : la France renversée d'entrée par le Portugal

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Paquier
Nedim Remili
Nedim Remili, tête basse, après la défaite de l'équipe de France contre le Portugal à l'Euro | ROBERT MICHAEL / dpa-Zentralbild / dpa Picture-Alliance

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Malmenée pendant toute la rencontre, l'équipe de France de handball a entamé de la plus mauvaise des façons le championnat d'Europe. Face à une équipe du Portugal qui avait déjà battu les Bleus en avril dernier à Guimaraes, les hommes de Didier Dinart sont une nouvelle fois tombés dans le piège qu'ils redoutaient et s'inclinent 28-25.

Les Bleus étaient avertis, mais ils sont une nouvelle fois tombés dans le piège portugais. Comme en avril 2019 à Guimaraes lors des qualifications pour ce championnat d'Europe, où les Bleus s'étaient inclinés à la surprise générale, le Portugal a mis une nouvelle claque à l'équipe de France. Comme si la première leçon n'avait pas suffi, les Français ont tendu la deuxième joue et se retrouvent dos au mur dans cet Euro. Les ticolores n'ont maintenant plus le droit à l’erreur et devront obligatoirement remporter leurs deux prochains matches, contre la Norvège dimanche et la Bosnie-Herzégovine mardi.  "On a manqué de lucidité, ce n'est pas un match abouti. Ce soir on tombe et c’est le pire scénario." analysait, Ludovic Fabregas après la fin du match.

"Ce soir on tombe et c’est le pire scénario"

On pensait pourtant que les Bleus avaient pris le match par le bon bout en inscrivant les deux premiers buts de la rencontre tout en gardant cet avantage. Après 10 minutes, la France comptait trois buts d'avance. Un moment clé de la rencontre qui allait sonner le début de la fin pour les Bleus. Car derrière, la bande à Nikola Karabatic a encaissé un terrible 9-3, incapable de marquer pendant 10 minutes, et a vu le Portugal prendre l'avantage (9-12). Mais la France a pu compter sur le triple meilleur joueur du monde, pour inscrire deux buts coup sur coup dans la dernière minute de la première période, et permettre aux Bleus de rester au contact à la pause (12-11). 

À la reprise, Didier Dinart lançait Melvyn Richardson pour dynamiser l'attaque française, totalement perdue avec des joueurs qui ne savaient pas quel plan de jeu appliquer. Un sérieux problème à ce niveau, même quand on affronte le Portugal qui disputait son premier match en compétition internationale depuis l'Euro 2006. Le jeune montpelliérain, a permis aux siens de revenir à auteur et de prendre l'avantage quelques minutes mais la furia portugaise a repris de plus belle. Yann Genty (6 arrêts) , pour son premier match dans un Euro, et Vincent Gérard (1 seul), étant dans l'incapacités de sortir l'arrêt décisif pour relancer la machine tricolore.  

Porté par ses joueurs de Porto, Diogo Branquinho (5 buts à 5/5), Andre Gomes (4/7) et Alexis Borges (3/3), le Portugal a donné une nouvelle leçon de handball à une équipe de France complètement en manque de repères. Omniprésent en première période avec 4 buts à 4/4, Nikola Karabatic a disparu des radars en deuxième période, mis sur le banc par Didier Dinart. Si la France a arraché un money-time de folie grâce à deux réalisations de Michael Guigou dans le but vide portugais, elle s'est prise les pieds dans le tapis à l'image de sa rencontre. Les Bleus ont enchaîné les pertes de balles (13 au total) et ont perdu leur sang froid face à l'enjeu prenant deux exclusions pour deux minutes dans la dernière minute (25-26). Les Portugais ont alors saisi l'occasion avec bonheur pour enfoncer le clou et créer le premier exploit de ce championnat d'Europe. 

Championnat d'Europe de Handball