benoit kounkoud
Benoît Kounkoud, ailier du PSG, va découvrir sa première compétition majeure avec les Bleus à seulement 18 ans. | AFP

Euro 2016 : les Bleus misent sur la nouveauté

Publié le , modifié le

L'équipe de France de handball aborde l'Euro, qui s'ouvre demain en Pologne, avec un groupe renouvelé. Un renouvellement à la fois voulu et rendu obligatoire par les blessures de Jérôme Fernandez, Xavier Barachet ou encore William Accambray. L'heure de faire la présentation des nouveaux éléments.

Si l'on compare la photo de l'équipe de France de handball au Mondial 2015 et celle du groupe qui participe à l'Euro en Pologne (du 15 au 31 janvier), le jeu des sept différences est rapidement résolu. Des seize champions du monde 2015, seuls neuf font partie de la liste de Claude Onesta pour l’Euro 2016. La faute à une cascade de blessures : Jérôme Fernandez, Xavier Barachet, Kevynn Nyokas et William Accambray ont dû renoncer à une participation. Valentin Porte est lui présent malgré des problèmes au ménisque droit. Autour d’une ossature classique (Thierry Omeyer, Nikola Karabatic, Daniel Narcisse, Michaël Guigou et Luc Abalo), des petits nouveaux vont participer à leur première compétition majeure avec l’équipe de France. A huit mois des Jeux Olympiques, on ne retrouvera probablement qu’une petite fraction de ces néophytes à Rio. Plus un doigt de pied dans l’eau bleue, pour jauger la température, qu’un plongeon tête la première. 

Théo Derot (23 ans, Nantes) 

L’arrière gauche de 23 ans (1m93, 94 kilos) est le suppléant de Jérôme Fernandez dans l’effectif des Bleus. C’est dire si la tâche est lourde. Mais le fils de Gilles Derot, double champion de France avec Nîmes dans les années 90 et 167 sélections en équipe de France, semble promis à un grand avenir avec l’équipe de France. Avant de rejoindre Nantes cet été, il s’est révélé à Istres la saison dernière, avec à la clé un titre de Meilleur espoir de la LNH.

Olivier Nyokas (29 ans, Balingen, Allemagne)

Un Nyokas en chasse un autre. Alors que Kevynn, champion d’Europe (2014) et du monde (2015), manque l’Euro sur blessure, son jumeau Olivier fait son apparition. Preuve qu’on peut approcher la trentaine et être un néophyte. Olivier Nyokas, 29 ans, a connu sa première sélection en novembre dernier lors de la Golden League. Capable de jouer arrière et ailier gauche, il évolue aujourd’hui à Baligen (Allemagne) après des passages au Paris Handball (2006-2008), à Alcobendas (Espagne, 2008-2009) et Créteil (2009-2014).

Adrien Dipanda (27 ans, Saint-Raphaël)

Il a été dans la balance jusqu’à la dernière minute. Claude Onesta a finalement préféré l’arrière droit de Saint-Raphaël au Nantais Nicolas Claire. A 27 ans, Adrien Dipanda a lui aussi découvert l’équipe de France en novembre, après une saison pleine (83 buts en 26 matchs) et un titre de meilleur arrière droit du championnat de France. 

Nedim Remili (20 ans, Créteil)

Nedim Remili a connu un mois de décembre particulièrement réjouissant. Une participation au Hand Star Game, le match de gala du handball français, un trophée de joueur du mois et ses débuts en équipe de France. Pour sa troisième saison chez les pros, Remili a déjà inscrit 70 buts en 14 matchs de championnat. A seulement 20 ans, l’arrière droit de Créteil profite de l’absence de Xavier Barachet pour prendre ses marques avec les Bleus.

Ludovic Fabregas (19 ans, Montpellier)

A 18 ans, la plupart des jeunes français passent leur bac, disent adieu au lycée et bonjour à l’âge adulte. Ludovic Fabregas posait lui son sac de sport dans le vestiaire de l’équipe de France. Une sélection en juin, quatre mois avant son premier contrat professionnel avec Montpellier. Derrière Cédric Sorhaindo et Luka Karabatic, son temps de jeu risque d’être très limité à l’Euro. Mais difficile de trouver meilleure école.

Benoît Kounkoud (18 ans, Paris Saint-Germain)

Né en 1997, Benoît Kounkoud est le benjamin de la liste de Claude Onesta. Comme Ludovic Fabregas, il a connu une éclosion précoce et une première sélection après moins d’une dizaine de matchs en première division. Remplaçant de Luc Abalo au PSG, où il a réussi à dépasser l’expérimenté monténégrin Fahrudin Melic dans la rotation, l’ailier droit retrouve son mentor en équipe de France.

Le groupe de l'équipe de France pour l'Euro en Pologne (15-31 janvier) 

 

Championnat d'Europe de Handball