Vincent Gérard, homme fort du PSG face à Nantes
Vincent Gérard, homme fort du PSG face à Nantes | Twitter @psghand

Handball / D1 : Le Paris Saint-Germain enchaîne face à Nantes

Publié le , modifié le

Bousculé par une équipe nantaise remaniée en raison des blessures, le Paris Saint-Germain a fait le boulot à Coubertin (32-29). Vainqueur de Istres la semaine passée, le club parisien enchaîne une deuxième victoire en deux matches et prend provisoirement la tête du championnat devant Nîmes, vainqueur à Montpellier (25-24).

Après une entrée en lice tout en douceur la semaine passée face à Istres (victoire 35-25), le Paris Saint-Germain n'a pas manqué sa première à domicile. Trois jours avant de faire ses débuts en Ligue des Champions, samedi à Zagreb, les Parisiens sont rentrés de plein pied dans cette Lidl Starligue en dominant difficilement Nantes ce mercredi à Coubertin (32-29).

Difficilement car malgré de nombreux absents (Dumoulin, Feliho, Pechmalbec, Gurbindo et Robledo) et la sortie précoce sur blessure d'Olivier Nyokas, touché aux adducteurs (13e), le H a fait mieux que défendre sa peau, répondant présent malgré l'adversité et le contexte. Rapidement menés de cinq buts (9-4, 11e), les Nantais ont profité d'un coup de mou parisien pour retrouver des ressources et revenir à 2 buts du PSG à la pause (18-16).

Sous l'impulsion d'un Mikkel Hansen impérial (9 buts), les Parisiens vont passer la deuxième au retour des vestiaires. L'écart grimpe alors jusqu'à +6 à 10 minutes du terme sur un surpuissant tir de Nikola Karabatic puis un Benoît Kounkoud opportuniste (27-21, 50e), avant que le PSG ne joue à se faire peur. Pertes de balle, tirs précipités et les Parisiens laissent leurs adversaires revenir dans le match.

"On mène de cinq buts en première mi-temps et on commence a faire des petites erreurs de concentration, a confié Nikola Karabatic après le match. On les laisse revenir et on se met en difficulté. En deuxième mi-temps, c'était mieux même si parfois, on retombait un peu dans nos travers." Mais les Nantais vont tomber sur un roc nommé Vincent Gérard. Un jet de sept mètres détourné et deux grosses parades devant Lazaro et le gardien de la capitale - pour sa première à Coubertin - éteignait les derniers espoirs d'une remontée nantaise. Des Nantais qui pourront regretter leur inefficacité du soir sur jet de 7 mètres (0/4).

Guigou sourit, Desbonnet brille

L'autre affiche de la soirée, le bouillant derby languedocien entre Nîmes et Montpellier au Parnasse, s'est révélé plus tendu que prévu.  Michaël Guigou (4 buts), qui a quitté l'Hérault pour le Gard cet été, et surtout le portier Rémi Desbonnet, auteur de 19 arrêts à 53%, ont permis à Nîmes, pourtant pas favori, de l'emporter sur le fil contre un des prétendants au titre, 25-24. Dans les autre rencontres, Tremblay n'a fait qu'une bouchée de Toulouse (31-22), tandis que Istres et Dunkerque se sont tous deux imposés par quatre buts d'écart, respectivement à Saint-Raphaël (33-29) et à domicile contre Ivry (26-22). Chartres a dominé Créteil, mais de justesse (27-26).

Le PSG, invaincu après deux journées, partage la première place du classement avec Nîmes, deux fois vainqueur lui aussi, avant la rencontre entre Chambéry et Aix-en-Provence jeudi soir (20h45), en clôture de la 2e journée.

Championnat de France de Handball