Nikola et Luka Karabatic
Luka et Nikola Karabatic à l'époque sous le maillot de Montpellier | AFP - FRANCK FIFE

Les Karabatic, jamais sans mon frère

Publié le , modifié le

L'officialisation de l'arrivée de Nikola Karabatic à Aix-en-Provence est imminente. Selon nos informations, il aurait signé un contrat de cinq mois. Un nouveau départ pour la star française après son départ de Montpellier avec un repère, souvent le même dans sa carrière, son frère Luka qu'il retrouve, une nouvelle fois.

Les Karabatic et Montpellier c'est terminé. L'officialisation du départ de Nikola Karabatic ce jeudi par le club met un terme à l'histoire commune. Une histoire commencée en 2000 avec l'arrivée de l'aîné, Nikola, en 2000. Durant cinq saisons, le demi-centre et son club vont régner sur le handball français et européen en remportant quatre titres de champion d'affilée (2002 à 2005) et une Ligue des Champions (2003). En 2005, il quitte le cocon pour l'Allemagne et Kiel où il entame une nouvelle période de domination. Quatre titres de champion d'Allemagne (2006 à 2009) et une deuxième Ligue des Champions (2007). Cette année-là, Luka, son petit frère, débute sa carrière à Montpellier, il n'imagine pas encore, un jour, évoluer sous le même maillot que son grand frère. Pendant que le cadet fait ses premières armes sur les parquets français, l'aîné éclate sur la scène internationale, il est élu meilleur joueur du monde en 2008, l'année de son premier titre olympique avec l'équipe de France. Et en juin 2009, le site internet de Kiel annonce le départ de sa star qui veut faire un retour aux sources.

Unis dans la victoire et les défaites

La nouvelle du retour de Nikola Karabatic à Montpellier, le club qui l'a révélé, fait l'effet d'une bombe. A l'époque, les meilleurs sportifs français quittent l'hexagone pour chercher titres, reconnaissance et fortune ailleurs. En Angleterre et en Espagne dans le football, en Allemagne ou en Espagne pour les handballeurs, aux Etats-Unis, en Espagne pour le basket-ball. Nikola Karabatic alors au sommet de son art, champion olympique et du monde avec les Bleus veut lui revenir parmi les siens. En famille. A Montpellier, il retrouve son frère Luka mais aussi son père, Branko aujourd'hui décédé, alors en poste d'entraîneur des gardiens. Le clan Karabatic est donc recomposé. Dès la première saison (2009-2010), Nikola est champion de France. Deux autres suivront en 2011 et 2012. En août, à Londres, l'aîné gagne son second titre de champion olympique. Avec les Experts, il est de nouveau au sommet. La chute va être d'autant plus dure. Le 30 septembre 2012, après une rencontre à Paris, il est placé en garde à vue avec cinq autres coéquipiers dont son frère Luka et la compagne de ce dernier dans l'affaire des "paris truqués". Commence alors le calvaire. Là encore, ils font corps. Mêmes avocats, la star du barreau, Maître Dupont-Moretti et Jean-Robert Phung, ils s'affichent en famille pour une "interview-vérité-exclusive" à Paris Match. Si les deux joueurs se défendent d'une quelconque tricherie, ils sont tous les deux mis en examen, avec onze autres personnes, le 2 octobre.

Secondes retrouvailles

Les trajectoires vont alors dévier. Quand l'un, Nikola, est réintégré au club héraultais à la fin du mois d'octobre, l'autre, Luka, est licencié le 15 novembre pour faute grave. Il rebondit rapidement à Aix. La trace est encore fraîche, Nikola n'a plus qu'à la suivre pour le retrouver. Il ne manque que l'occasion qui s'est donc présentée ce jeudi à la demande du joueur de résilier son contrat avec le club héraultais. Une requête acceptée. Luka l'attend maintenant à Aix. Sur son compte Facebook, Nikola l'annonçait lui-même ce jeudi : "le MAHB a annoncé mon départ pour Aix-en-Provence, un accord a donc été trouvé entre les deux clubs. A ce jour la LNH n'a pas encore donné son accord préalable, je n'ai d'ailleurs ni signé ma résiliation de contrat avec le MAHB ni mon contrat à Aix. J'espère que je serai en mesure de le faire samedi". Aix, une ville qui sonne comme un goût de passé, où les frères Karabatic veulent construire leur futur.

Championnat de France de Handball