Samuel Honrubia
Samuel Honrubia au tir | AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Le PSG sans pitié face à Montpellier

Publié le , modifié le

Le PSG a infligé au leader héraultais sa première défaite de la saison en corrigeant le MAHB (36-20) , mercredi soir à Coubertin. Porté par les 9 buts de Mikkel Hansen et un Thierry Omeyer des grands soirs, le club de la capitale revient à deux petits points de Montpellier.

Ce revers du MAHB fait aussi les affaires de Saint-Raphaël et Nantes, qui suivent à un et deux points du PSG. Dunkerque n'en a en revanche pas profité : le champion en titre a subi sa cinquième défaite de la saison à Tremblay-en-France (24-27), et compte toujours six points de retard sur le leader.

Ce 3 décembre restera peut-être dans les mémoires comme le tournant de la saison. Impeccables jusque-là, les Montpelliérains ont été inexistants, et ils pourraient avoir du mal à se relever de cette lourde défaite. Les Héraultais ont été mangés psychologiquement par leur ancien partenaire Thierry Omeyer. Le gardien de l'équipe de France a été monstrueux, avec 23 arrêts en 55 minutes. Il a donné le ton de la soirée avec trois parades somptueuses en moins de cinq minutes devant Diego Simonet et Dragan Gajic par deux fois. Le doute a très vite gagné les esprits des Héraultais, qui ont commencé à perdre beaucoup  de ballons (4-9, 12e). Le PSG, remarquable de sérieux et d'application en défense, en a profité pour mettre en place son jeu de transition et agrandir l'écart (15-8, 25e), avec un Xavier Barachet resplendissant.

La performance d'Istres

Omeyer a atteint la pause avec 14 arrêts (60% de réussite), donnant à son club une confortable avance (18-9). La physionomie du match n'a pas changé en seconde période. Malgré les admonestations de son entraîneur Patrice Canayer, Montpellier s'est montré incapable de relever la tête, à l'image d'un Mathieu Grébille hors du coup. L'écart a rapidement pris des proportions énormes (25-12, 40e), le PSG maintenant la pression jusqu'au bout, pendant que les Montpelliérains, sans aucune solution offensive, lâchaient prise dans leurs têtes.

Saint-Raphaël a eu plus de mal que prévu à se défaire de tenaces Nîmois (37-34). Les Varois s'en sont comme souvent remis à Morten Olsen (8 buts), ainsi qu'à Aurélien Abily (9 buts), pour repousser les assauts adverses. Nantes, porté par un Matias Schultz en état de grâce dans ses cages (20 arrêts), a connu beaucoup moins de soucis pour écarter Sélestat (30-23). Istres a réussi la performance du jour en s'imposant à Toulouse (30-29), grâce notamment aux sept buts d'Ivan Gérard. Avec ce succès, seulement son deuxième de la saison, la lanterne rouge se relance et peut à nouveau croire au maintien.

francetv sport @francetvsport

Championnat de France de Handball