D1 : Nikola Karabatic fait briller le PSG à Dunkerque

D1 : Nikola Karabatic fait briller le PSG à Dunkerque

Publié le , modifié le

Nikola Karabatic a signé son retour par une prestation de haute volée, guidant ainsi le Paris SG vers une quatrième victoire en D1 jeudi à Dunkerque (37-27) en clôture de la 4e journée. La star du handball français, éloignée des terrains pendant onze jours en raison d'une lésion musculaire du genou droit, a inscrit 7 buts, dont 5 en première période, et a été bien épaulée par son frère Luka (7 buts).

"Cette blessure contre Plock (en Ligue des champions) aurait pu être grave. Heureusement, cela n'a pas été le cas. Cela m'a permis de couper pendant quatre ou cinq jours. Je me suis rendu compte que le handball me manquait et j'avais hâte de reprendre", a affirmé Nikola Karabatic au micro de BeinSports en expliquant s'être "aéré" le weekend dernier sur la dune du Pilat (Gironde). Cette démonstration permet au PSG, double champion de France en titre, de s'emparer de la première place avec une longueur d'avance sur Nantes, tenu en échec sur son parquet par Ivry (30-30) mercredi.

Bon signe avant de défier Flensburg

C'est de bon augure avant de disputer un match au sommet à la salle Pierre-de-Coubertin dimanche en Ligue des champions contre Flensburg, champion d'Europe en 2014. Le club allemand devrait opposer une toute autre résistance que Dunkerque, dépassé dès la mi-temps (20-14) par le jeu rapide des Parisiens qui jouaient pourtant sans leurs deux ailiers titulaires, Luc Abalo (repos) et Uwe Gensheimer (malade). Le virtuose danois Mikkel Hansen, champion olympique, n'a par ailleurs été que très peu utilisé.

Les Nordistes ont manqué cruellement de solution en attaque. Leur pivot international Benjamin Afgour (3 buts), auteur de cinq buts par match en moyenne depuis la reprise, a été pris en étau par la défense des Rouge et Bleu. Seul Bastien Lamon (5 buts) a, un peu, tiré son épingle du jeu. La confortable avance obtenue à la pause a permis au coach Zvonimir Serdarusic d'effectuer des rotations et de solliciter William Accambray. L'arrière gauche tricolore, qui ronge son frein depuis plusieurs mois et réclame davantage de temps de jeu, a apporté sa pierre à l'édifice (3/4). Sur l'aile droite, le jeune Benoit Kounkoud (19 ans) s'est lui illustré en inscrivant 6 buts, en l'absence d'Abalo.

AFP