France Croatie Vori Omeyer Fernandez Tournoi de Paris 01 2011
Thierry Omeyer, le gardien de Kiel | AFP - Miguel Medina

Chambéry s'incline avec des regrets contre Kiel

Publié le , modifié le

Chambéry a dû s'incliner samedi (26-28) après avoir frolé l'exploit face au champion d'Europe, Kiel, et jouera sa place en huitième de finale de la Ligue des champions lors de ses deux dernières rencontres du groupe A. es leaders du Championnat de France devront prendre au moins un point lors des deux dernières rencontres face aux deux autres poids lourds du groupe, à Barcelone puis contre Rhein-Neckar.

Les Chambériens ont failli s'ouvrir l'horizon dès samedi dans leur salle du Phare où ils étaient jusqu'ici invaincus. Après avoir battu les vice-champions d'Europe de Barcelone en octobre (27-26), ils ont tenu tête aux champions en titre qui n'ont pris l'ascendant que dans les cinq dernières minutes grâce à leur arrière tchèque Filip Jicha (9 buts), auteur de quatre des cinq derniers buts de son équipe.Ce festival du meilleur joueur du monde 2010, combiné à quelques arrêts décisifs de Thierry Omeyer, a conclu vingt dernières minutes intenses après que les Allemands eurent comblé un retard de cinq buts. Car les Chambériens faisaient la course en tête en début de deuxième période (17-12, 31e) après 30 premières minutes remarquables. Leur solide défense adossée au gardien Cyril Dumoulin avaient réussi à enrayer la force de frappe de Jicha et du pivot Marcus Ahlm pour prendre les commandes de la rencontre en passant un 6-0 en 6 minutes (11-6, 20e) !

Avec un collectif à l'unisson derrière Xavier Barachet (3 buts), Cédric Paty (7), Edin Basic (8) et Karel Nocar, ainsi que Benjamin Gille et Pierre Paturel en défense, ils ont réussi à conserver leur cinq buts d'avance avant de voir l'armada allemande, renforcée par l'entrée en jeu du capitaine de l'équipe de France Jérôme Fernandez (3 buts), hausser le ton. Une défense agressive --parfois à la limite-- a remis les champions d'Europe sur les rails (19-19, 41e). Emoussés physiquement, moins expérimentés et avec un brin de malchance sur les derniers tirs allemands, les Chambériens ont finalement dû se résoudre à une défaite qui n'en reste pas moins prometteuse pour la suite.