Cesson/Montpellier: un rapport annulé

Publié le , modifié le

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Montpellier a annulé mardi le rapport de l'expert comportementaliste Pierre Sallet dans la procédure sur les soupçons de match truqué de handball entre Cesson et Montpellier de mai 2012.

Dans son arrêt, les magistrats ont fait droit aux demandes de Primoz Prost  et Mladen Bojinovic, estimant que la saisie de cet expert était entachée de  nullité, car ce spécialiste n'était "pas expert dans les règles de l'art", ont  relevé les avocats des joueurs. Les défenseurs des frères Nikola et Luka Karabatic et de Mickaël Robin, qui  n'étaient pas à l'origine de cette procédure, s'étaient associés finalement à  cette requête en nullité de l'ordonnance de saisine de l'expert et de son  rapport.

Interrogé par l'AFP, Me Marc Gallix, l'avocat de Mickaël Robin, a annoncé  qu'il allait immédiatement déposer un recours en annulation de la mise en  examen de son client qui, selon lui, "dépend à 90% de ce rapport". Le spécialiste Pierre Sallet avait étudié le comportement des joueurs  pendant le match perdu (31-28) par Montpellier le 12 mai 2012. Il avait conclu  à "des carences volontaires du niveau de jeu", sauf de la part du capitaine  Michaël Guigou, mettant notamment en cause la performance du gardien de but,  Mickaël Robin (35% de tirs arrêtés).

"Ce rapport a servi à constituer le délit reproché aux joueurs. Maintenant  il n'existe plus. Le rapport disparaît, l'infraction disparaît. On en revient  donc aux simples paris qui, eux, ont été déjà sanctionnés", a commenté Me Luc  Abratkiewicz, conseil de Bojinovic, relevant que la chambre "stigmatise à la  fois la saisie mais aussi le fonctionnement de l'expert". Dans cette affaire, seize personnes, soupçonnées d'avoir parié quelque  88.000 euros sur le score à la mi-temps (15-12) du match, sont mises en examen,  dont huit joueurs de Montpellier.

AFP