Camille Ayglon
La Française Camille Ayglon | YASUYOSHI CHIBA / AFP

Ayglon: "ne pas se poser de questions"

Publié le , modifié le

Pour battre la Serbie jeudi et espérer décrocher une qualification pour les demi-finales de l'Euro, l'équipe de France dames devra jouer de manière "beaucoup plus libérée" qu'elle ne l'a fait jusqu'à présent, estime l'arrière droite Camille Ayglon, l'une des pièces maîtresse des tricolores.

Comment appréciez-vous le fait d'avoir encore une chance de vous qualifier alors que vous paraissiez condamnées après le match contre la Norvège?
Camille Ayglon: "On a l'impression d'avoir une nouvelle chance, un sursis du moins. Après la Norvège, ça a été compliqué, parce qu'on avait envisagé plusieurs scénarios mais pas celui de vivre une débâcle comme ça. Ça nous a mis une claque et ce n'est pas évident après ça de garder confiance dans notre jeu. D'autant que même avant ce match là, il était un peu balbutiant. Malgré tout on est encore vivantes, alors qu'il y a eu des compétitions comme les Jeux où on a super bien joué et ça n'est pas passé. Là en étant très, très loin de notre meilleur niveau, on a encore une chance d'accéder aux demi-finales, donc il faudra la jouer à fond."

Qu'est-ce qui vous a empêchées jusqu'ici de vous exprimer pleinement?
Camille Ayglon: "On n'est pas très à l'aise en ce moment sur notre jeu d'attaque. Quand on devient trop impuissantes dans ce secteur là, on cogite trop et on oublie tout le reste. Il y a vraiment un travail à faire au niveau du mental, de la manière d'aborder les matches. Il va falloir qu'on joue beaucoup plus libérées, c'est ce qui nous manque. A force de se poser trop de questions, on oublie de jouer, de s'éclater sur le terrain. On manque d'enthousiasme. Les solutions, elles sont à trouver entre nous. Il y a peut-être encore des blocages psychologiques depuis les JO à faire sauter. Mais il n'est pas trop tard pour ça et ce match peut être un bon déclic."

Quels paramètres devrez-vous maîtriser pour battre la Serbie?
Camille Ayglon: "Il faut surtout se dire que si on n'arrive pas à se lâcher, on va sortir de cet Euro plein de regrets. La Serbie peut, peut-être, mieux nous réussir que les équipes scandinaves, qui ont un jeu beaucoup plus huilé. Il y aura beaucoup d'agressivité du côté des Serbes et une ambiance ultra-chaude. Peut-être que ça va nous aider à bien entrer dans le match. Je ne pense pas que ce contexte va nous inhiber, mais qu'il peut nous aider à nous libérer. Il faut que ça réveille tout l'orgueil qu'on a en nous. Il va aussi falloir jouer très proprement et ne pas donner l'occasion à l'arbitrage de nous désavantager un petit peu."