Affaire des paris suspects : le MAHB veut les explications de Gavic

Publié le , modifié le

Son contrôle judiciaire levé, Dragan Gajic a rejoint ses coéquipier du Montpellier Agglomération Handball. Mais son président, Rémy Lévy, attend désormais des explications. "Son contrat de travail n'est plus suspendu, mais monsieur Gajic sera entendu de façon contradictoire par le club dans les prochains jours, après connaissance des derniers éléments judiciaires", a déclaré le président à l'AFP, qui estime qu'"une explication s'impose" entre le joueur et le MAHB.

Mis en examen pour escroquerie dans l'affaire de soupçons de matchs truqués sur fond de paris sportifs, Dragan Gajic avait interdiction de rencontrer les autres joueurs mis en examen ainsi que les membres du club. Cette interdiction a été levée vendredi 19 octobre par un juge d'instruction de Montpellier. "L'objectif premier du club reste de savoir si les joueurs ont participé à des paris en violation de leur contrat de travail, et de surcroît de paris portant sur la défaite de l'équipe", tient à préciser Rémy Lévy.

Pour l'heure, la question de la réintégration de Gajic sur le terrain ne se pose pas, estime Lévy. "Le groupe, qui a joué en Russie jeudi (le 18 octobre-ndlr) et qui joue à Ivry aujourd'hui", n'est pas rentré à Montpellier depuis mardi dernier. "C'est le groupe actuellement constitué des joueurs qui restent, en particulier des jeunes, qui assume la charge sportive résultant de cette situation", rappelle le président du MAHB.

Dragan Gajic avait fait appel mardi 16 octobre de l'ensemble des conditions de son contrôle judiciaire, à savoir l'interdiction de rencontrer les joueurs et les membres du staff, mais aussi le paiement d'une caution équivalent, aux yeux du parquet, aux gains remportés à la suite des paris faits sur le score à la mi-temps de la rencontre entre Montpellier et Cesson, le 12 mai dernier, mises comprises. Si l'interdiction de rencontrer les autres joueurs a été levée, la décision sur la caution, qui s'élève pour lui à 11.600 euros, doit être rendue par la chambre d'instruction de la Cour d'appel de Montpellier le 25 octobre.