une chute de Cucherat assombrit un solide concours français

une chute de Cucherat assombrit un solide concours français

Publié le , modifié le

Une vilaine chute de Yann Cucherat aux barres parallèles est venue assombrir le solide concours livré par l'équipe de France masculine de gymnastique artistique, lors des qualifications des Championnats d'Europe à Montpellier. Les Français, qui ont démarré en fanfare aux anneaux et au saut de cheval, avec en maître Samir Aït-Saïd, ont vu le multimédaillé des barres tomber lourdement sur l'épaule lors de son mouvement sur son agrès de prédilection.

Souffrant d'une entorse au majeur droit et d'une contusion osseuse à  l'index, le Lyonnais de 32 ans doit renoncer à disputer la suite des  Championnats, non seulement la finale par équipe mais celle de la barre fixe  (6e), qu'il avait réussi à accrocher malgré sa douleur à la main droite.Surtout, il doit observer un mois d'arrêt, ce qui le prive des Championnats  de France en juin, au terme desquels doit être annoncée la sélection olympique. Le Lyonnais, 32 ans, qui espère participer à ses quatrièmes jeux Olympiques  cet été à Londres, voit non seulement sa préparation perturbée mais aussi ses  chances de décrocher sa place dans l'équipe olympique menacées. 

Sept finales individuelles

Privée de Yann Cucherat, l'équipe voit fondre ses espoirs de podium en finale samedi, même si elle a pris la troisième place des qualifications (263,687 points) derrière les Britanniques (265,718) et les Russes (264,474). Signe de ce solide concours, les Français ont accroché sept finales individuelles, au moins une chacun. Avec le forfait de Cucherat, ce sera six chances de médailles potentiellement. "Nous faisons un début de concours extraordinaire et puis, il y a eu cette chute avec blessure", a souligné Laurent Guelzec, l'entraîneur français. "Les athlètes ont su répondre présents sur leur agrès fort, et à deux mois des jeux Olympiques c'est important de se placer ainsi et de montrer qu'on est capable de supporter la pression parce que des Championnats en France, cela peut être un atout comme un stress supplémentaire".

Samir Aït-Saïd s'est posé en sérieux prétendant au saut de cheval à la  succession de Thomas Bouhail, dont la carrière est remise en cause par une  blessure à une jambe. Mais surtout en maître des anneaux, dont il a obtenu la  meilleure note. Lui aussi très attendu, le vice-champion du monde et d'Europe des arçons  Cyril Tommasone a trouvé les forces nécessaires pour tenir jusqu'au dernier  passage sur son agrès fort, où il entend jouer l'or dimanche. Hamilton Sabot a signé un mouvement très soigné aux barres parallèles, qui  lui a valu la 2e place des qualifications, et s'est offert en bonus une finale  à la barre fixe. Gaël Da Silva a accroché la finale du sol, obtenant à 27 ans  sa première finale internationale.

AFP