Dos Santos et Ait Said
Dos Santos et Ait Said | AFP

Szczecin 2019 : la jeunesse de Dos Santos et l'expérience d'Aït Saïd pour mener les Bleus

Publié le , modifié le

Les championnats d’Europe de gymnastique artistique masculins et féminins débutent ce mercredi, à Szczecin, en Pologne. Avec neuf athlètes présents, parmi lesquels figurent quelques noms biens connus comme Samir Ait Said, Cyril Tommasone ou encore la jeune Mélanie de Jesus Dos Santos, la délégation française espère obtenir au moins quatre médailles et faire mieux qu’à Glasgow l’an dernier.

Nous les avions quittés à Glasgow, en août dernier, lors des Jeux Européens. Les gymnastes français sont de retour cette semaine, pour les championnats d’Europe de gymnastique artistique, qui se déroulent du 10 au 14 avril à Szczecin, en Pologne. Emmenée par Samir Aït Saïd, titré en 2013 aux anneaux, sa discipline de prédilection, la délégation française voudra faire au moins aussi bien qu’il y a dix mois. En Ecosse, les tricolores étaient parvenus à décrocher quatre breloques, dont trois chez les filles.

Doublement médaillés par équipe à Glasgow (argent pour les filles, bronze pour les garçons), les Bleus miseront avant tout sur cette épreuve pour décrocher un titre à Szcecin. Marine Boyer, Lorette Charpy, Coline Devillard et Mélanie De Jesus Dos Santos ont toutes leurs chances de décrocher l’or, même s’il faudra évidemment compter avec la Russie, championne d’Europe en titre, et les Pays-Bas. Chez les hommes, la blessure de Julien Gobaux - finalement pas remplacé au sein de la délégation - pourrait changer la donne. "Si nous revenons avec une médaille de ces championnats, j'en serai très satisfait" a déclaré Yann Cucherat, directeur du haut niveau GAM. 

La jeunesse et l'expérience

Mais la principale chance de médaille d’or française en Pologne n’a que 19 ans, et se nomme Mélanie De Jesus Dos Santos. Véritable prodige de sa discipline, la jeune Martiniquaise vise le doublé au sol, après avoir déjà décroché l’or à Glasgow, seule titre  pour l’équipe de France. Cinquième au concours général individuel des Mondiaux de Montréal en 2017, et médaillée d’or à la poutre lors de l’étape de Coupe du monde disputée à Doha cette année, Dos Santos est l’avenir de la gymnastique tricolore. Nombre d’espoirs reposent sur elle.

Si la fougue et la jeunesse pourrait emmener Mélanie De Jesus Dos Santos vers les sommets, l’expérience pourrait en revanche servir à Samir Aït Saïd (29 ans). Deux ans et demi après son terrible accident lors des JO de Rio, le gymnaste français est toujours là, armé de la force de caractère et de la détermination qu’on lui connaît. Il sera le leader des Bleus lors de ces championnats d’Europe.

Deuxième aux anneaux lors des Internationaux de France en 2017, quatrième aux Mondiaux la même année, celui qui s’entraîne à Antibes a enchaîné de bons résultats cette saison, avant le décès de son père. Un drame de plus, qui a obligé le Français à mettre sa saison entre parenthèses. Plus déterminé que jamais, il revient avec un objectif en tête : décrocher l’or aux Jeux Olympiques de Tokyo, en 2020. L’étape de Szczecin pourrait lui donner de bonnes indications dans cette perspective.

La sélection française : 

Marine Boyer (INSEP / Meaux Gymnastique)
Lorette Charpy (Pôle de Saint-Étienne / Indépendante Stéphanoise)
Mélanie De Jesus Dos Santos (Pôle de Saint-Étienne / Association Kreyol Gym)
Coline Devillard (INSEP / Amicale Laïque Digoin)
Samir Aït Saïd (Pôle d’Antibes / Olympique Antibes-Juan-les-Pins Gymnastique)
Antoine Borello (Pôle d’Antibes / Noisy-le-Grand Gymnastique) (photo)
Paul Degouy (INSEP / Noisy-le-Grand Gymnastique)
Loris Frasca (Pôle d’Antibes / Olympique Antibes-Juan-les-Pins Gymnastique
Cyril Tommasone (Pôle de Lyon / Convention Gymnique de Lyon)

Gymnastique