Thomas Bouhail Mondiaux Rotterdam 2010
Thomas Bouhail au saut de cheval | AFP - Pierre-Philippe Marcou

Mondiaux-2010 - Saut de Cheval : Thomas Bouhail sacré champion du monde

Publié le , modifié le

Thomas Bouhail a remporté l'or au saut de cheval dimanche à Rotterdam, devenant le premier Français champion du monde de gymnastique depuis 1913. Vice-champion olympique et champion d'Europe en titre, ce sacre était espéré à défaut d'être attendu. Il est aussi le premier Français à décrocher une médaille au saut de cheval aux Championnats du monde depuis Laurent Barbieri qui avait pris l'argent en 1985 à Montréal. Un authentique exploit pour le Francilien.

1913. C'était l'année de la dernière médaille d'or française au championnat du monde. Les derniers Bleuschampions du monde de gymnastique étaientMarcos Torres (Concours Général, Barre Fixe, Anneaux) et Laurent Grech (Anneaux) aux Mondiaux de Paris. Autant dire un exploit. "Ça fait plaisir, forcément, de laisser une trace historique dans la  gymnastique. Aujourd'hui, je suis champion du monde, et dans ma tête, j'ai tout  de suite envie de devenir champion olympique. J'ai encore pas mal de choses à  faire en gymnastique", a souligné le gymnaste originaire de Seine-Saint-Denis.

Opéré à l'épaule droite en janvier, il a redoublé d'efforts pour être à  point pour ces Mondiaux, la seule compétition où lui, le champion d'Europe 2009  et vice-champion olympique, n'avait pas encore brillé. La carte de visite du  Français est désormais complète. Dans une discipline qu'il domine depuis quelques années, Bouhail calait à l'échelon mondial. Pour réussir cet exploit, Bouhail n'a pas innové puisqu'il a réalisé les deux mêmes sauts qui l'ont propulsé sur la deuxième  marche du podium olympique à Pékin. Au programme:  un tsukara double arrière carpé  pour le premier, et un "Dragulescu", une lune double avant avec demi-tour  groupé, un saut inventé par le Roumain Marian Dragulescu, quadruple champion du  monde à cet agrès. "C'est du délire. Ce sont  des moments à vivre exceptionnels", a estimé l'entraîneur national Sébastien  Darrigade. "Il y a neuf mois, il était en train de se faire opérer, et là, il est  revenu à un niveau assez impressionnant", a ajouté l'entraîneur, repensant à  l'adolescent qui venait avec des petites lunettes accrochées par un élastique  dans les regroupements régionaux: "On était alors loin d'imaginer qu'on irait  jusque-là".

Comme à Pékin, il devance sur le podium le Russe Anton Golotsutskov, son  plus redoutable adversaire, battu pour 86 millièmes de point. La différence? Il a été proche de la perfection. "Cela se joue à  rien, à la réception. Mais j'ai vraiment fait du bon boulot aujourd'hui", a noté  Bouhail. En 2008 au JO, il avait déjà obtenu la meilleure note à égalité avec le Polonais Leszek Blanik, mais le jury avait décidé de les départager en  fonction des différentes notes données par les juges. Dimanche, il a obtenu, au terme de ses  deux sauts, la note de 16,449 points et s'est imposé devant le Russe Anton  Golotsutskov (16,366 pts) et le Biélorusse Dzmitry Kaspiarovich (16,316 pts). Là, il n'y a pas eu à départager. Bouhail a été le meilleur. "C'est l'équipe qui a fait un beau Championnat du monde, et pas Thomas  Bouhail. Moi, j'ai eu la chance de performer à mon agrès", a estimé le nouveau  roi du saut, qui avec ses quatre coéquipiers a fini 5e par équipe mercredi, le  meilleur rang des Français depuis 2001.

Mathieu Baratas