Guillaune Néry : "L'apnée me permet de rester à l'essentiel…"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Marie-Christelle Maury
Guillaume Néry
Guillaume Néry | JOEL SAGET / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Il y a chez cet homme-là, une certaine profondeur d’âme… Du monde englouti aux réalités de la vie, Guillaume Néry flirte avec les grands fonds en toute humilité, en toute simplicité. La Grande Bleue comme terrain de jeu depuis l’âge de 14 ans. Aujourd’hui, le garçon a déjà 38 printemps et de multiples records dans sa combinaison.

Ce double champion du monde vit sa vie à pleins poumons, jamais en manque d’inspiration. Demain, c’est une boutique destinée à l’apnée « Freediving concept store » qu’il va ouvrir à Villefranche-sur-mer. Idée novatrice, « Tout » autour de l’apnée, vêtements éco responsables, matériel, expositions, conférences, etc. Une première en Europe. Une belle idée. Une de plus pour Guillaume Néry…

"Maintenant, je me rends compte que tout ça avait un sens… Ce n’est pas pour rien, que je fais de l’apnée. Cette approche de la simplicité, c’est une véritable quête présente chez moi, depuis toujours…" Des mots lâchés au fin fond d’une conversation, ou allez savoir, plutôt le résultat d’une grande introspection. "L’apnée, c’est comme une marche en forêt, on n'a besoin de rien. C’est un vrai retour à l’essentiel." Guillaume Néry et son autre dimension. Ce grand gaillard au regard franc et aux cheveux ébouriffés a passé des années à traverser le monde… sous l’eau. Le rêve jamais bien loin des exploits du garçon.

Une seule inspiration et le voilà sous l’eau, à 126 mètres de fond. Quadruple recordman du monde mais plus que l’exploit, l’apnée reste pour lui, un art de vivre. Dans le monde des abysses, Guillaume Néry a engrangé des kilomètres de films, des vidéos à faire voyager sur leurs canapés même les plus casaniers. Apnéiste, réalisateur (« Free-fall », « Narcose », «Ocean Gravity », « One breath around the world », entre autres…), adepte de la profondeur, marchand ou plutôt donneur de bonheur et d’évasion. La liste est longue. Un beau CV certes, mais juste en tant qu’Etre Humain, le bonhomme mérite d’être approché. 

à voir aussi Le blues du "Grand Bleu" de Guillaume Néry, plongeur confiné Le blues du "Grand Bleu" de Guillaume Néry, plongeur confiné

« En quête de simplicité », voilà l’état d’esprit du moment. De ce confinement, loin de son élément, l’apnéiste a appuyé sur le bouton pause. "Ça a été un moment de calme forcé et de prise de recul. Ça a permis de voir que nous avons un réel impact sur notre environnement. Quand tout s’arrête, les marqueurs passent au vert mais c’était une grande utopie de croire qu’après cette crise, il y aurait de grands changements… Il aurait fallu un élan plus important… Le temps presse !"

"Il faut vivre plus simplement, plus sobrement, en accord avec soi."

L’Ambassadeur des Océans a parlé. "Je n’aime pas trop cette étiquette, les titres pompeux. Je parle avec beaucoup d’amour, d’intérêt pour notre planète. Je suis très investi et inquiet concernant les problèmes d’environnement. Je m’intéresse autant à la déforestation qu’à l’Océan." Et de renchérir : "En fait, tout est lié. Le vrai drame, c’est que le vivant disparaît… Je voudrais que les gens comprennent la gravité de la situation. Le changement est nécessaire. Il faut vivre plus simplement, plus sobrement, en accord avec soi."

Un regard grave posé sur le monde d’aujourd’hui, Guillaume Néry poursuit le fil de sa vie. "J’ai changé ma manière de consommer, d’acheter… je me questionne sur chaque achat désormais. Je m’interroge sur mes véritables besoins."  Une autre dimension et beaucoup d’interrogations mais toujours le monde des Abysses comme seconde maison. "L’apnée me permet de rester à l’essentiel…"

Depuis le déconfinement, Guillaume Néry a retrouvé sa mer, avec bonheur. "J’ai eu un gros manque. J’avais la chance de pouvoir la voir de loin mais c’était une terrible frustration. Je plonge chaque jour depuis. J’ai retrouvé ce contact, avec l’eau… Je fais de très longues apnées à 80/85 mètres, je prends mon temps. Au fond, je regarde le bleu. C’est plaisant et jouissif… J’ai désormais une approche de ce sport sans aucune pression. Tutoyer les profondeurs, ça me plait mais ça va rester un jeu !"

L’homme des grands fonds attise son existence de mille et un projets… "Je tourne un gros documentaire autour de la Méditerranée et puis je vais partir deux mois en Polynésie. C’est ma seconde base, ma deuxième maison…Là-bas, je recréé de l’inspiration. Je mène une vie hyper simple, face à la mer. Bien sûr, j’ai une ou deux idées de beaux films qui commencent à mûrir. Et j’ai aussi envie d’écrire. L’écriture me va bien dans ma quête de simplicité…"

Une boutique à Villefranche-sur-Mer au concept novateur

Homme sage, personnage sans artifice, Guillaume Néry a cette force, juste et sincère, d’être lui… Avant de partir en randonnée vélo avec des copains dans les Alpes, demain le niçois ouvrira sa première boutique à Villefranche-sur-Mer. Un concept novateur, unique en Europe où tout l’univers du monde de l’apnée sera représenté. "On y trouvera des vêtements éco-responsables de ma marque « BlueNery » (créée il y a un an et demi), plus un tas de produits autour de mon sport. Si je fais des équipements, il faut qu’il y ait un sens… Je me suis impliqué, avec mon associé Bastien Soleil, dans toutes les étapes du processus. Ça m’a permis de rentrer dans un autre univers. On a mis la barre assez haute dans ce que l’on propose. Il faut qu’il y ait l’idée de protection de l’environnement et du développement durable. C’était ma manière de contribuer à ce grand chantier… Que mon image serve à quelque chose !"

Servir la planète, le combat est juste et l’ambition immense. La quête des grandes profondeurs en suspension. "Si un jour toutes les planètes sont alignées et que je me réveille en me disant, tiens j’ai envie de faire une grossse perf ! alors pourquoi pas ? Je n’ai plus de velléité à gagner une médaille… franchement, je m’en fiche..." Ainsi va la vie « EXTRA » ordinaire de Guillaume Néry !

Marie-Christelle Maury mariechmaury