Greg Lemond
L'Américain Greg Lemond | AFP - GABRIEL BOUYS

Greg LeMond pense qu'on peut gagner le Tour sans dopage

Publié le , modifié le

L'ancien champion américain Greg LeMond a soutenu ce vendredi que gagner le Tour de France sans recours au dopage était possible, alors que Lance Armstrong a affirmé jeudi qu'il aurait été "impossible" de gagner sept Tours de France d'affilée sans dopage.

"Ca me fait chier d'entendre qu'on ne peut pas gagner le Tour de France  sans se doper", a déclaré Greg LeMond, triple vainqueur de la Grande Boucle en  1986, 1989 et 1990, pour qui le comportement d'Armstrong jette l'opprobre sur  l'ensemble des précédents vainqueurs de l'épreuve.

"Landis et Hamilton plus forts qu'Armstrong"

Lance Armstrong a pour la première fois avoué, dans une interview diffusée  jeudi, s'être dopé durant sa carrière, en particulier pendant ses sept Tours de  France victorieux, sans cependant entrer dans les détails ni exprimer de  regrets. Armstrong a assuré que se doper "faisait partie du boulot" mais qu'il  n'avait jamais forcé ses équipiers à le faire, même s'il a reconnu avoir  intimidé ceux qui ne croyaient pas à l'histoire "mythique, parfaite" de  survivant du cancer capable d'écraser la plus grande course du monde à la seule  force de ses mollets et de sa volonté. "Armstrong a détruit quiconque a réussi dans le cyclisme", a ajouté à ce  sujet Greg LeMond."S'il avait donné à Floyd Landis et à Tyler Hamilton (anciens coéquipiers)  ce qu'il prenait lui-même, il n'aurait jamais gagné, ils l'auraient battu", a  poursuivi LeMond.

Début décembre, Greg LeMond s'était dit prêt à assurer un intérim à la tête  de l'Union cycliste internationale (UCI) si Pat McQuaid répondait aux nombreux  appels à la démission qui se sont succédé depuis l'affaire Armstrong. Greg LeMond, qui avait de longue date émis des doutes publiquement sur les  performances de son compatriote, est le seul vainqueur américain inscrit au  palmarès du Tour de France depuis que l'UCI a dépossédé Armstrong de ses sept  titres glanés entre 1999 et 2005.

AFP