Jean-Baptiste Grange Kitzbuhel  01 2011
Le Français Jean-Baptiste Grange | AFP - DIMITAR DILKOFF

Grange: "Je rentre dans l'histoire"

Publié le , modifié le

Jean-Baptiste Grange estimait que sa victoire mardi dans le slalom nocturne de Schladming, deux jours après son succès à Kitzbühel, deux des épreuves les plus prisées entre les piquets, le faisait "rentrer dans l'histoire". "Ces victoires ont plus de valeur que mes premières. Les autres étaient attendues", a confié le Français.

Q: Vous êtes le premier Français à gagner à Schladming, le premier à faire le doublé Kitzbühel-Schladming, un sentiment fabuleux?
R: "C'était un rêve de gagner ici. Remporter les deux plus grosses courses en slalom de l'hiver, c'est un beau rêve. C'est rentrer dans l'histoire. Il y a dix jours, je souffrais encore de mon épaule. J'ai du mal à réaliser. Je voulais pas choisir entre Kitzbühel et Schladming. Mais je reste lucide, il y a des fois où tout passe dans le bon sens et d'autres pas. Je gère différemment mes courses que si je jouais le globe de slalom. Quand tu as le dossard rouge sur les épaules il faut arriver en bas pour marquer des points. Là, je suis 4e de la première manche, la seule solution c'est lâcher les skis: j'ai déjà un globe, des podiums et des victoires en Coupe du monde. Je fais du ski pour aller chercher de belles choses."

Q: Vous semblez savourer particulièrement vos dernières victoires?

R: "Ces victoires ont plus de valeur que mes premières. Les autres étaient attendues, j'étais en tête à l'issue de la première manche. Quand tu es au 4e rang, tu es moins attendu. Alors sortir une grosse manche, c'est beaucoup d'émotions pour les spectateurs mais pour moi également. En tous cas, je suis moins stressé qu'à mes débuts."

Q: Vous vous affirmez comme un favoris pour les Mondiaux, vous ressentez de la pression?

R: "C'est une situation que je commence à connaître. J'ai deux ans de plus (par rapport aux Mondiaux de Val d'Isère), une blessure derrière moi et plus de maturité. Côté stress, cela n'aura rien à voir avec des épreuves à domicile comme à Val d'Isère. La piste de Garmisch-Partenkirchen n'est pas facile, elle est très raide. Il faut prendre des risques en permanence, on est sur le fil du rasoir. Ivica Kostelic sera un favori naturel. Il finit encore 5e ce soir (mardi) après un mois de janvier énorme."

AFP